Le passe-partout

Cela fait plusieurs jours que j’ai envie d’évoquer notre contexte de vie actuel pour apaiser un tant soit peu la tension intérieure, voire la terreur, que les déclarations et les événements récents engendrent.  Ecrire m’apaise. Je comprends mieux. J’écoute et lis aussi les autres avec le même dessin. Nous avons besoin d’intégrer les événements par différents prismes et nous nous nourrissons les uns les autres. Voici donc ce que je ressens du moment que nous traversons.

En ce moment, le plus important me semble être de garder notre Lumière puissante et haute Préserver notre Joie, notre Amour et notre Confiance bien haut pour que la Lumière transperce ce monde et le transforme radicalement. Nous sommes chacun individuellement des relais et des vecteurs de cette Lumière divine.

Nous pouvons paniquer et prendre peur quand nous apprenons que des millions de gens pris de panique ont céder aux injonctions sombres d’un pouvoir tout aussi sombre. Ne nous laissons pas embarquer par la peur. L’objet de cette gesticulation est d’engendrer la peur. Avez-vous entendu le lapsus de Gabriel A ? « Là aussi, nous allons chercher à faire peur (il se reprend) preuve de souplesse. »

Ne regardons pas en bas. Regardons en haut. Ne baissons pas la tête. Relevons-là. Maintenons notre Lumière haute. Veillons sur elle comme nous veillons sur une torche dans la tempête. Avec le plus grand soin, avec Conscience et Amour, avec Gratitude pour la Lumière et la Chaleur qu’elle nous procure. Ne nous détournons pas d’elle dans le désespoir. Gardons nos yeux fixés dessus et sur rien d’autre.

La Lumière se fait sur les événements. Les masques tombent. Ne nous projetons pas dans le plan diabolique en en faisant une réalité. Rien n’est réel avant que le moment soit venu. Cessons de nous demander comment nous allons pouvoir faire ceci ou cela dans un futur qui n’est pas là.

Cette énergie engendrée par la peur du lendemain a pour objet de détourner  l’énergie d’une Conscience humaine en éveil vers des réalités qui n’existent pas. C’est un va-tout désespéré qui essaie de redessiner nos existences. Nos peurs de l’avenir nourrissent cette ombre et lui donnent corps.

Coupons complètement avec ces projections.

Ce plan tiendra peut-être 3 jours, 3 semaines, 3 mois, 3 ans. Je n’en sais rien. Peu importe, il s’écroulera à mesure que paisiblement et sereinement nous serons plus nombreux à entretenir fermement nos Flammes d’Amour et de Conscience chaudes et lumineuses dans nos Cœurs.

Restons centrés sur nos énergies de Lumière et sur rien d’autre,

Exprimons notre indignation sans colère,

Remplaçons la détresse des uns par notre solidarité,

Remplaçons la peur par la confiance en plus grand que nous,

Soyons attentifs à la qualité de notre être maintenant, sans nous projeter un futur non désiré,

Remplissons notre cœur d’Amour et de Lumière pour que l’ombre n’y sois pas invitée.

Agissons dans l’instant sans nous laisser paralyser par des fantasmes de domination.

Utilisons notre liberté de faire briller notre Lumière et notre Conscience maintenant, sans réserve, pleinement. Chantons, prions, dansons, marchons ensemble pour souffler sur la Flamme du cœur de l’Humanité.

Faisons sécession maintenant avec la désespérance, la peur, l’effroi.

Devenons créatifs pour porter notre Lumière partout. Et si nous partagions des cafés en terrasse privée ? Entre amis qui ne se connaissent pas encore ? Chiche !

Nous n’avons pas besoin de Pass pour la Lumière.

La  Lumière passe partout.

Image par Sasin Tipchai de Pixabay

 

Dernière minute  : je viens d’entendre une nouvelle que je ne peux m’empêcher de partager pour vous transmettre un peu d’espoir et d’humour. Moi cela m’a fait beaucoup rire. Les vaccins utilisés en France ne sont pas halals car ils contiennent de la graisse de porc ! Impossible pour les musulmans donc. Ce n’est qu’un début, cela va craquer de tous les côtés. Gardons la foi !

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez votre ressenti à propos de ce que vous lisez.

59 commentaires

Emma 3 août 2021 at 9 h 54 min

Merci beaucoup pour ce texte juste et simple, c’est exactement ce dont nos avons besoin en ce moment. De justesse et de simplicité !

Répondre
Tristan 15 août 2021 at 11 h 30 min

Merci Emma !

Répondre
EnContrastes 23 août 2021 at 15 h 18 min

La réponse était à un commentaire que je ne retrouve plus. Clic maladroit de ma part

Répondre
Isis 23 août 2021 at 20 h 25 min

Pour votre information, mon commentaire et la réponse à votre message ont été supprimés par le modérateur du site du fait qu’ils ne respectaient pas la charte d’utilisation. Le vôtre est maintenu mais se retrouve en effet bien seul, comme suspendu. Désolée de vous laisser dans le vide.

Répondre
EnContrastes 23 août 2021 at 21 h 48 min

Ah. Effectivement, je ne connais pas la charte, mais nous n’étions pas dans l’astrologie ni dans l’amour mais dans la réaction. Ce n’était pas le lieu. Et je vous prie de m’excuser Isis d’avoir été dans la réaction. J’imagine que ma réponse ne vous a rien apporté de positif. C’est ma détresse qui parlait. Bon chemin à vous.

Jihem 1 août 2021 at 12 h 14 min

Autre lapsus aujourd’hui sur BFM à 12h05 par G.V un député LREM.
(…) le tsunami « politique » au lieu de dire  » le tsunami sanitaire »
Un lapsus à la hauteur d’une vérité intérieure.

Répondre
Tristan 15 août 2021 at 11 h 35 min

Oui, la vérité perce le voile.

Répondre
anne-marie 27 juillet 2021 at 19 h 03 min

Magnifique texte qui résume merveilleusement la situation et qui nous encourage à garder foi et Lumière.

Répondre
Tristan 15 août 2021 at 11 h 39 min

Foi et Lumière oui !

Répondre
Pigot 25 juillet 2021 at 20 h 36 min

La liberté des uns comme où celle des autres commence
Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.
Perso j aime : la vie n’est pas courte c est notre passage sur terre qui est de courte de durée, alors…vivons au mieux le moment présent, et si on a la chance de comprendre notre thème d aller vers ce qui nous fait du bien ce qui est bon pour nous pour le redistribuer. Selon nous étapes de vie il faut savoir lâcher prise plus aujourd’hui encore, s élèver le plus dignement possible. Quant à nos planètes 2020 annonçait bien l arrivée d un grand virage de l humanité.
Nous aurons les cycles 2026 à 2032 jusqu en 2043, mais là je mangerai les pissenlits par la racine…..

Répondre
Tristan 15 août 2021 at 11 h 46 min

Qui sait ?

Répondre
Angel0107 25 juillet 2021 at 17 h 35 min

Merci

Répondre
Isis 24 juillet 2021 at 9 h 39 min

Il ne s’agit pas aujourd’hui de construire un monde mais de le préserver en répondant à une urgence avec toutes les imperfections que cela comporte.

J’adhère à tout ce que vous dites… en principe mais ce principe me paraît inopérant au vu des circonstances. Il est question d’agir vite et la réflexion, la liberté et le choix revendiqué tels que vous les présentez sont valables en temps ordinaires quand on dispose du temps nécessaire pour le faire. Ici, ils retardent l’action et la résolution du problème.

Alors effectivement cela suppose de mettre de côté une forme de libre-arbitre, du temps de réflexion, de la concertation. Mais nous ne sommes pas, je le répète dans des temps ordinaires, et on ne peut leur appliquer nos principes habituels. Au milieu de toutes ces incertitudes, vous les pensez perdus à jamais, je pense au contraire, sans être en accord avec toutes les décisions prises, qu’ils sont les points de mire de tous ces efforts pour préserver ce qui peut l’être, à commencer par des vies.

Et pour défendre tous ces principes, la première des conditions est déjà d’être vivant…

Répondre
Isis 24 juillet 2021 at 9 h 44 min

Ceci est une réponse à nuit étoilée. Désolée j’ai placé mon message au mauvais endroit.

Répondre
Isabelle L. 23 juillet 2021 at 21 h 59 min

Bonsoir Tristan, je pense qu’un lapsus est toujours révélateur d’une partie de soi-même, de notre inconscient. Je pense qu’un lapsus est personnel, qu’il est d’abord Sujet plus qu’objet, c’est-à-dire qu’il parle de soi, de lui, car tout extérieur n’existe que de par ce qui vibre à l’intérieur de soi. Ainsi, et même si mes propos semblent ahurissants, je pense que même un homme politique, un journaliste, un chef d’état, un grand artiste, et pourquoi pas un Être de lumière, peut entendre la peur, la refouler et s’en détourner au risque de créer un lapsus révélateur, ou bien l’accueillir, l’accepter, et l’accompagner sur des sentiers de Conscience plus élevée. Car en chaque homme, et femme, si puissants soit-ils, il y a un petit enfant, vulnérable, lequel, maladroitement, dans sa Quête, chercher son Père, sa véritable Filiation, sa Divinité, son Masculin Sacré, pourtant bien Présent, également, au Coeur de son inconscient. Je pense aussi que pour sauver l’âme individuelle, il ne faut pas omettre de penser l’âme collective, car nous sommes tous comme les perles d’un collier, attachés au même Fil, Celui de la Création. Ainsi, je pense que ce lapsus révélateur ne fait écho qu’à nos communes propres peurs, à tous, petits et grands. Hommes, Femmes, Humains, nous sommes d’abord des êtres au Service d’une Volonté Supérieure Créatrice de ce Fil, et non au service des vibrations désordonnées qu’engendre le manque de confiance en Demain. Soyons présents en tant que « Présents », même si cela déplaît à nos égocentrismes, car la Réelle Liberté ne peut exister sans Co-Liberté. Merci à vous Tristan, bien Coeurdialement, Isabelle L.

Répondre
ISABELLE 23 juillet 2021 at 14 h 48 min

Merci Tristan pour ce beau message d’espoir.

Je suis une personne à risque mais pourtant je ne veux pas me faire vacciner j’ai l’intuition profonde que ce vaccin aura de nombreux effets sur la santé de nombreuses personnes si ce n’est pas déjà le cas mais non révélé car les médias sont sous contrôle.
Cela fait du bien de savoir que l’on est pas seul dans le climat actuel qui est devenu très pénible dans les échanges avec les autres et de devoir subir à tout bout de champs les discours moralisateurs de ceux qui se sont fait vacciner;
En quoi sommes nous des mauvais citoyens égoïstes, inconscients,…….
Si je devais inviter des inconnus chez moi, je mettrai une affiche avec ceci d’écrit : PRO VACCIN qui souhaitent faire du prosélytisme pas acceptés.

Répondre
Pauline 23 juillet 2021 at 12 h 27 min

Bonjour Tristan et à tous.

Je vous suis depuis quelques années et aime beaucoup le contenu de vos articles et de votre site qui m’apprennent beaucoup.
Je commente rarement ce que je lis mais ce matin en lisant votre edito ainsi que les commentaires, ce n’est pas de l’apaisement que je ressens mais au contraire quelque chose en moi qui se contracte.

Je ne peux qu’être d’accord avec l’invitation à garder notre Lumière, Amour et Confiance Hauts et Puissants pour transformer le monde mais mon besoin d’harmonie n’est pas nourrie lorsque sont opposés la « masse » et la minorité consciente.
Pardonnez moi si j’extrapole vos propos ainsi que ceux des commentaires. Au moment où j’écris, mon émotion est palpable.

Mon amour pour le Divin est fort et je souhaite depuis toujours le changement et une élévation de conscience planétaire.
Je ne suis pas dupe non plus, de la volonté de surveillance et d’uniformisation de la société qui sous-tendent les injonctions qui nous sont faites, (avec la peur comme outil).

Le carré, fort, entre Saturne et Uranus me semble très intéressant.
Peut-être mon thème natal avec le soleil en verseau et la conjonction de Saturne et Uranus met en Lumière cet aspect. Je le prends alors comme un défi d’harmonisation de ces deux énergies.

A un niveau factuel, je suis entourée dans ma vie par de nombreux personnels soignants, réquisitionnés entre autre en service de réanimation l’an passé au moment du pic de contamination au virus, ainsi que d’un papa opéré du cœur à la même période et d’un amoureux, heureusement en voie de rémission d’un cancer.
Le désir d’éradiquer ce virus à l’échelle mondiale en utilisant l’innovation scientifique médicale ne peut-il être un choix fait en conscience ?
Les pôles Saturne et Uranus s’inversent alors selon notre perspective et peuvent aussi s’unir si l’on se demande dans ce cas si la vaccination n’aurait son sens que si elle était globale ?
Je ne résonne pas du tout avec l’idée d’obligation mais je pense que ces questions ont leur place et ne peuvent responsablement pas s’écarter du revers de la main.

Bien souvent j’ai envié les personnes qui pouvaient avoir un avis tranché, convoitant leur apparente tranquillité d’esprit, mais aujourd’hui, la fracture sociale et la culpabilisation que je ressens de part et d’autre-peut-être l’opposition Soleil Pluton y est-elle pour quelque chose (et mes propres projections aussi d’ailleurs) me font préférer la patience et la nuance, pour embrasser l’humanité entière quelque soit la multiplicité de ses opinions.
Vous voyez, mon cœur et ma raison, tout comme mon Ascendant Balancent !

Quoiqu’il en soit je vous remercie Tristan ainsi que les commentateurs pour avoir permis la libération de ces émotions et clarification de mes questionnements. Et j’abonde en ce point que l’écriture m’aura apaisée.

(Mes parallèles astrologiques sont des essais de lecture, aussi je m’en remets à votre expertise Tristan si vous deviez me corriger ou apporter d’autres éclairages sur les transits actuels).

Namaste,

Pauline

Répondre
Yo 23 juillet 2021 at 11 h 33 min

Merci beaucoup pour ce texte qui me repositionne vers la lumière…

Répondre
Isis 23 juillet 2021 at 10 h 57 min

Les gesticulations sont des deux côtés, la peur est des deux côtés même si d’après ce que j’observe, elle se rencontre davantage du côté de ceux qui se débattent (plus qu’ils ne débattent) contre les décisions des autorités. Elle se reflète d’ailleurs dans cette impossibilité à débattre, à recevoir ne serait-ce qu’un peu la parole de l’autre et dans ces discours remplis de démesure où l’outrance empêche l’échange. Ce qui je suppose sera le sort de ce qui suit, mais bon essayons…

Ces ressentis si pleins de désespoir face à la situation et aux décisions gouvernementales quand d’autres expriment la même chose face à la maladie traduisent une peur terrible, voire une terreur… qui se sort de l’impensable en se saisissant de la moindre étincelle pouvant l’extraire de cet insoutenable désespoir dans lequel elle sombre en la prenant pour la grande Lumière. La « lumière » prend ici le visage de l’immunité « naturelle », du refus du vaccin et des restrictions, là de la science et de la précaution poussée à son paroxysme sans tenir compte d’autres paramètres. Mais tout cela sans voir ce qui en soi reste dans les ténèbres. Sans voir tout ce qui est soutenu par l’effroi. La peur nous fait parfois prendre des vessies pour des lanternes…

Être attentif à ce qui en soi répond à la peur est la première marche vers la liberté tant chérie par ce qui se lit ici.

Ce qui arrive devrait tous nous relier; or, on ne voit ici que division, sécession. Des eux et des nous. Des certitudes, des retranchements. Cela devrait interroger les tenants d’un monde spirituellement parfait…

Je ne prétends pas à l’objectivité ni à la vérité mais je propose mon regard, subjectif mais calme et dénué d’intention autre que de le proposer à ceux qui voudraient s’en saisir et le prendre en compte dans leur réflexion comme une altérité féconde. Je lui donne un visage qui n’est pas forcément celui que certains ont en tête. Il est important que l’autre ait un visage et présente sa complexité, quelque chose qui ne peut pas se réduire si facilement par des à priori, les eux, les nous et tutti quanti.

Je n’en veux pas aux gens qui font ce qu’ils peuvent avec leurs émotions, je fais pareil, mais ceux qui ont un peu d’influence doivent faire attention à ce qu’ils véhiculent et à ce qu’ils nourrissent au travers de
leur plate-forme.

« Qui dit grand pouvoir dit grande responsabilité », disait un « grand sage » à un homme super…;)

Répondre
Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 15 h 18 min

Même si on ne peut qu’adhérer à votre demande d’une prise en compte de l’altérité et de la complexité des choses et des êtres, et votre invitation à toujours aller chercher en soi les zones d’ombre, et si on ne peut qu’aspirer, quand on est dans une quête spirituelle, à la fin des divisions et de la polarisation, il me paraît injuste de renvoyer dos à dos les deux formes de « peur » auxquelles vous faites allusion, avec si j’ai bien compris une critique nettement plus prononcée à l’égard de ceux qui, selon votre expression, « se débattent (plus qu’ils ne débattent) contre les décisions des autorités ». (S’ils ne peuvent débattre, au sens propre du terme, c’est peut-être que leur parole est souvent soit tournée en ridicule, soit réduite au silence, et que l’espace démocratique pour le faire leur est systématiquement refusé, jusqu’au parlement où on n’a plus qu’un simulacre de débat, puisque les dés sont jetés dès le départ.)
Car si rien n’empêche les personnes convaincues par le discours gouvernemental (et la doxa du moment) ainsi que par cette campagne effrénée de vaccination d’y adhérer (personne ne viendra vous coller une amende, vous menacer de prison, vous empêcher d’aller voir vos proches à l’hôpital ou de prendre part à la vie sociale et culturelle si vous faites le CHOIX personnel de vous faire vacciner), tout est désormais fait pour qu’à l’inverse, les personnes qui voudraient à leur tour pouvoir faire le simple et légitime CHOIX de ne pas se vacciner ne puissent plus vivre en paix, et quasiment vivre tout court.
Essayer de vous projeter dans la vie qui vous attend en théorie – et surtout en pratique ! – si vous tentez encore d’exercer votre libre-arbitre dans le sens de ce second CHOIX (même si je suis tout à fait en accord avec Tristan : à nous de ne pas alimenter ce futur-là par nos projections) est un exercice qui peut être très instructif, vraiment. Cinq minutes de réflexion concrète, et n’importe quelle personne véritablement attachée à notre démocratie telle qu’elle était (à peu près) jusque-là ne peut qu’être effarée face à la destruction annoncée de ce qui fondait le pacte républicain. Et ce, qu’elle soit vaccinée ou pas. D’ailleurs il y a avait samedi parmi nous, et autour de nous, nous encourageant sur notre passage, des gens qui étaient vaccinés mais ne voulaient pas de la société de contrôle, de traçage, de discrimination, de la dictature techno-sanitaire qui se profile clairement depuis le 12 juillet et se précise comme jamais depuis le « vote » (guillemets de rigueur) de cette nuit à l’Assemblée. Avec dans l’idée que ce qui attente aux libertés et à la dignité de certains d’entre nous… attente à celles de tous. Est une attaque contre l’ensemble de notre société.

La situation est inédite et inouïe, la démocratie est clairement en danger, il me paraît difficile de soutenir le contraire (il y a les opinions, d’accord, mais il y a les faits aussi : qui peut décemment prétendre que les mesures qui s’apprêtent à être prises – ont même déjà commencé à être prises en amont même du débat parlementaire et de l’adoption du projet de loi ! – sont « démocratiques » ?). Et je ne peux croire que quiconque puisse se réjouir de cette débâcle de nos libertés, ou considérer que la peur légitime qui découle de cet état de fait est irrationnelle et née de « l’ombre ».

De quel côté est l’ombre, sérieusement ?
De ceux qui veulent simplement pouvoir continuer à vivre la vie de citoyen d’un pays libre telle qu’elle était jusque là garantie à TOUS par les lois – et qui réalisent avec une profonde et légitime inquiétude qu’ils vont bientôt être dépossédés de ces droits pourtant inaliénables ?
Ou de ceux qui, en changeant ces lois, veulent imposer leur vision scientiste, hygiéniste et coercitive du monde à toute une société en bridant et en ostracisant les récalcitrants à la sainte parole et au dogme professé, et atteindre à l’intégrité du corps de l’autre en dehors de tout consentement – cet autre fût-il un enfant ?

De quelle « altérité », de quel respect de « l’altérité » peut-il être question dans ces conditions ?
De quelle égalité, fondement même de notre Constitution ? « Si tous les hommes sont égaux, certains sont plus égaux que d’autres », disait George Orwell : faudra-t-il donc inscrire cette nouvelle devise au fronton de nos mairies ?

Alors, oui, dans un monde idéal, « ce qui arrive devrait tous nous relier »; mais ce monde idéal est une quête, un chemin, il ne peut se décréter. Ni se construire sur le mensonge et la coercition. Une « union sacrée » comme vous semblez l’appeler de vos vœux ne pourrait être qu’artificielle dans la présente situation. Pour être dans une démarche vraie, il faudrait justement que la vérité ait été posée, à tous les niveaux, que tous les intérêts (en termes de pouvoir financier, politique, médiatique, etc.) aient été mis à plat, que la transparence soit devenue une évidence, et que personne ne soit menacé dans son intégrité physique et/ou psychique par le pouvoir en place. Et condamné par le tribunal populaire de la « majorité » bien-pensante.

J’aspire aussi de tout mon cœur à cette non-dualité, mais nous ne pourrons pas construire ce bel édifice sur des fondations vermoulues. On ne construit pas un monde d’union, d’amour et de paix sur des bases de discrimination, de harcèlement légal, de mépris voire de vindicte envers ceux qui ne font pas les mêmes choix.

Alors oui, nous devons d’abord traverser cette phase houleuse, et en assumant dans cette étape nos différences, pas en les gommant artificiellement. Mais ceux qui aspirent à la lumière véritable… sauront garder le cap sur elle, je n’en doute pas.
Où on en revient à l’image du phare…
Et je remercie une nouvelle fois Tristan pour avoir précisément pris ses responsabilités en choisissant avec soin « ce qu’il véhicule » dans ce bel article et sur cette plateforme, à l’heure même où tant de mensonges autour de nous nous empoisonnent et nous obscurcissent la vue et l’âme, où que nous portions nos regards.

Répondre
Isis 24 juillet 2021 at 11 h 10 min

Bonjour nuit étoilée, (je déplace ici mon message posté par erreur en tête de fil)
Il ne s’agit pas aujourd’hui de construire un monde mais de le préserver en répondant à une urgence avec toutes les imperfections que cela comporte.

J’adhère à tout ce que vous dites… en principe mais ce principe me paraît inopérant au vu des circonstances. Il est question d’agir vite et la réflexion, la liberté et le choix revendiqué tels que vous les présentez sont valables en temps ordinaires quand on dispose du temps nécessaire pour le faire. Ici, ils retardent l’action et la résolution du problème.

Alors effectivement cela suppose de mettre de côté une forme de libre-arbitre, du temps de réflexion, de la concertation. Mais nous ne sommes pas, je le répète dans des temps ordinaires, et on ne peut leur appliquer nos principes habituels. Au milieu de toutes ces incertitudes, vous les pensez perdus à jamais, je pense au contraire, sans être en accord avec toutes les décisions prises, qu’ils sont les points de mire de tous ces efforts pour préserver ce qui peut l’être, à commencer par des vies.

Et pour défendre tous ces principes, la première des conditions est déjà d’être vivant…

Répondre
guilaine 23 juillet 2021 at 10 h 41 min

Du fond du coeur merci Tristan !!
Très joliment dit ce que je ressens au plus profond, restons unis, joyeux, solidaires et gardons la foi !

Répondre
Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 7 h 38 min

Une nouvelle foi, cher Tristan, vos paroles sages et lumineuses, posant un regard si juste sur notre « réalité », ont fait naître un grand sourire sur mon visage. De tout cœur, merci. Comment ne pas être en accord avec votre perception, votre perspective sur le moment totalement insensé que nous traversons, et sur un avenir à modeler ensemble, de l’autre côté de cette épreuve majeure – qui n’est pas celle qu’on croit, dont les médias nous rebattent agressivement et monolithiquement les oreilles depuis plus d’un an, mais bien celle de notre conscience, de notre éveil, de notre courage : l’épreuve du feu, ou l’épreuve de vérité, c’est selon.

Je partage l’ensemble de votre analyse, que j’ai lue et relue avec enthousiasme, mais ce qu’on sent, ce qu’on sait, on a tellement besoin, dans ce grand moment de désorientation générale et d’attaques tous azimuts contre ce qui fait la beauté de notre humanité : sa liberté, son libre-arbitre, sa conscience, oui, on a tellement besoin de l’entendre, de le lire de nouveau sous une plume amie. Comme un rappel salutaire. Vous avez raison, nous nous nourrissons mutuellement, et c’est bien ainsi que nous allons avancer, faire bloc, un beau bloc résistant, de résistance par la lumière et pour elle ! C’est bien ainsi que nous allons co-créer un monde qui s’accorde enfin à nos désirs et à nos rêves. Un monde à l’exact opposé de celui, contrôlé, tracé, traqué, barricadé, blindé, infusé de poisons salvateurs dans nos corps devenus propriétés d’Etat, et d’autres poisons plus invisibles dans nos âmes comme mortes, un monde de folie pure qu’on voudrait nous vendre et nous imposer comme seul modèle de société viable ! Avec à la clé, un « pass sanitaire », hypocrite euphémisme pour « pass vaccinal », pour entrer dans ce beau pays de Dystopie. Un monde que nous ne rendons possible que par nos renoncements, et, c’est si juste, par nos projections, « nos peurs de l’avenir [qui] nourrissent cette ombre et lui donnent corps. »

Je repense souvent à une belle image que vous aviez donnée dans l’une de vos réponses, pour un autre article, à une personne qui s’inquiétait de ne pas voir la majorité s’éveiller : vous aviez souligné que cette « majorité » n’était pas nécessaire, et qu’une minorité en pleine conscience suffisait, car « quelques piliers » de lumière permettaient déjà à celle-ci de s’ancrer sur la terre. Il nous appartient d’être ces piliers… nous faisant signe de loin en loin au cœur de la tempête, nous rappelant que nous ne sommes pas seul(e)s, même si nous ne sommes pas (encore) la majorité. Votre illustration de cet article, ce phare rayonnant haut et – en apparence – seul dans une nuit qu’il embrase, la transformant irrésistiblement en jour à l’instant même où il accepte de s’y tenir debout, confiant dans sa force reliée à plus grand que lui, est en ce sens l’exacte image de ce que nous devrions être, de ce que nous sommes en fait, mais trop souvent oublieux de notre immense « pouvoir », de notre propre force de lumière : notre cœur, notre conscience, notre âme.

Samedi dernier, je suis allée à la manifestation le cœur serré, épuisée, perdue, ployant sous le poids du déluge de violence – verbale, philosophique, psychique, spirituelle – qui s’est soudain abattu sur nous ce 12 juillet 2021, date qui restera comme celle d’une nuit sans nom, nuit noire de la démocratie, nuit noire de l’âme.
J’y suis allée avec un sentiment oppressant de solitude, d’isolement, regardant avec sidération et tristesse ces cohortes de gens – dont une amie chère qui me disait avoir agi « librement » – se précipiter sous l’injonction vers l’injection-sésame…
Mais dès que je suis arrivée sur le lieu du rassemblement, j’ai senti une autre énergie se faire jour en moi, et autour de moi, et grandir peu à peu, comme un espoir… jusqu’au sourire, jusqu’à la joie, jusqu’à l’envie retrouvée de croire et de vivre et de me battre jusqu’au bout pour ce en quoi je crois, pour ce pourquoi je vis !
Et nous avons marché, tous ensemble, le pas déjà plus léger, nous avons arpenté les rues de ma petite ville, et les gens se penchaient aux fenêtres avec des sourires, et les commerçants sortaient sur le pas de leur porte pour nous applaudir, et nous chantions, et je retrouvais le même élan que celui qui me portait, qui nous portait tous, dans les marches pour le climat, dans le « monde d’avant » !
Puis nous sommes arrivés devant la sous-préfecture. J’ai regardé autour de moi. Tous les âges, toutes les couleurs, du jaune des Gilets au A noir de la Fédération anarchiste, en passant par le bleu, le vert, le blanc, l’arc-en-ciel… Tous ces chemins de vie singuliers, ces convictions différentes, mais tous réunis par une même envie de dire NON à ce projet funeste, OUI à la vie, OUI à l’espérance, OUI à la liberté inaliénable qui est notre bien le plus précieux depuis Prométhée…
Et quand tous ensemble, entre quelques notes de musique et pas de danse sur HK – oui, nous voulions « danser encore, voir nos pensées enlacer nos corps, passer nos vies sur une grille d’accords » ! -, nous nous sommes mis à taper dans nos mains et à scander à l’unisson LIBERTE ! LIBERTE ! LIBERTE ! LIBERTE !, comme un mantra magique, une puissante incantation pour faire naître le monde dont nous rêvions, un monde sans barricades de QR codes et de laissez-passer infernaux – prise par une émotion incroyable au milieu de cette énergie si intense, j’ai levé les yeux vers le ciel bleu, par-delà la cime des arbres sous lesquels nous nous tenions… des oiseaux y passaient comme pour nous dire d’y croire, comme pour nous rappeler que l’envol est toujours possible, pour peu que nous restions unis, déterminés dans notre quête du soleil.

Alors, oui, je repense plus que jamais à la magnifique pensée des Dialogues avec l’Ange : les ténèbres ne peuvent pas croître, seule la lumière peut faiblir…
A nous de garder vive la flamme ! De « [veiller] sur elle comme nous veillons sur une torche dans la tempête »…

J’y retourne bien sûr samedi – et en pensée, chaque jour je marche sur des routes invisibles avec des allié.e.s par centaines de milliers, vers le soleil, pour déjouer la peur, faire mentir les pronostics sombres, et réduire les ténèbres à force de chants et de danses dans la lumière. Parce que, les ami.e.s, si nous avons choisi d’être sur cette terre ici et maintenant, ce n’est certainement pas pour les laisser en faire cela, les laisser réduire nos vies à cela, non ?!

Samedi, j’inscrirai (entre autres) cette phrase d’Orwell sur ma pancarte, pour nous rappeler notre force immense de création :

« Dans un temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire. »

A notre lumière !

Répondre
Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 7 h 51 min

N.B. Vous parliez du lapsus évidemment très révélateur du fameux porte-parole Gabriel A. : « peur » au lieu de « preuve »… Un vrai cas d’école pour la psychanalyse !
Et voilà que, oups, je constate que j’en ai fait un à mon tour : « une nouvelle foi » au lieu de « une nouvelle fois » !
On devinera aisément qu’il est au moins aussi révélateur que l’autre… mais juste dans la direction diamétralement opposée 😉

Répondre
Isis 23 juillet 2021 at 9 h 25 min

Bonjour Tristan,
Quelles sont vos sources concernant la nature non halal du vaccin ?
Merci et bonne journée.
Isis

Répondre
Isis 24 juillet 2021 at 9 h 55 min

Bonjour Tristan,
Merci pour ce lien.
J’ai lu l’article. Et d’autres à ce sujet.
Ce qu’il en ressort globalement, c’est que les autorités religieuses consultées se prononcent en fonction d' »accommodements raisonnables » et place la préservation de la vie humaine au-dessus de leurs principes religieux. Ce qui est une position récurrente en matière spirituelle et familière aux musulmans, notamment quand il est question de recourir à la consommation de porc en cas de nécessité, par exemple.
Rien n’annonce un quelconque craquage, à mon avis… mais je peux me tromper.

Répondre
Pigot 23 juillet 2021 at 3 h 10 min

Trop facile comme réponse, la question étant en lien avec les positions planétaires.
Est ce indispensable ? La vaccination.

Répondre
ANNIE 23 juillet 2021 at 0 h 30 min

Merci Tristan pour ces mots que vous posez et qui tout à coup me faire comprendre que nous sommes nombreux à vouloir rester serein face à ces gesticulations. oui il n’y a qu’une seule solution pour chasser les ténèbres : les éclairer. 2 sages qui m’ont fait du bien et donné espoir : Pierre Rabhi et Edgar Morin « frère d’âme »

Répondre
Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 7 h 56 min

Oui Annie, c’est très juste… on va y arriver 🙂
Pierre Rhabi et Edgar Morin (qui vient d’avoir 100 ans ! 100 ans d’intelligence lumineuse) : je signe des deux mains !

Répondre
Sinziana 23 juillet 2021 at 0 h 21 min

J’adore l’image de la lumière passe-partout
Voici un poème inspiré de la bascule du 12 juillet… La veille j’étais à l’île Bouchard, un des hauts lieux d’apparitions mariales en France.

Le temps des miracles

Le temps des miracles est arrivé
Le temps des choix, le temps de la clarté
Le temps des rois, le temps de la bonté.

Le temps des lauriers d’or et des épines d’argent
Le temps du décor et du dépouillement
Le temps du trésor, en nos corps, en leurs chants.

Le temps des orages et des grêlons de vent
Le temps du barrage, se lever simplement
Le temps du courage, de la main qui se tend.

Le temps des cœurs joyeux
Le temps des soleils dansants
Le temps du beau temps.

Sinziana, 16 juillet 2021

Répondre
Ana 22 juillet 2021 at 23 h 28 min

Je suis contre les obligations vaccinales et les obligations et infantilisations que nous subissons en général, et je suis également contre les discours de peur véhiculés autour des vaccins. Non nous ne serons pas génétiquement modifiés ni nos enfants autistes à cause de ces vaccins, arrêtons aussi de générer la peur dans ce camp. Je crois que notre âme ne peut pas être corrompue par ces injections car nous sommes bien plus forts que ça. Voilà je me suis fait vacciner et ça m’empêche pas de dormir (tout comme j’ai déjà fait la fièvre jaune, l’hépatite b, le dtp, la rage, encéphalite japonaise, bcg, etc. Un vrai cobaye à vaccins mais ça m’empêche pas de dormir non plus). J’ai énormément voyagé, j’ai eu toutes sortes de maladies, parasites, etc, n’oublions pas que le corps est notre véhicule terrestre, certes il faut en prendre soin pour vivre notre vie pleinement mais nous sommes plus que notre corps et il n’en restera rien à notre passage. Vaccin ou pas vaccin, on s’en fout, la planète est au bord du gouffre, tout crame, alors l’urgence je pense se trouve ailleurs !!!

Répondre
Tristan 23 juillet 2021 at 0 h 13 min

Merci d’avoir partagé votre point de vue. Je suis assez d’accord avec vous sur le fait que nous sommes plus que notre corps. Certains rites initiatiques proposent même aux initiés d’ingérer des poisons mortel. Ce n’est pas pour autant à la portée de tous. D’autres en mourraient. La manière dont chacun prend soin de son corps ne peut être la même pour tous.

Répondre
Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 8 h 56 min

Comment qui que ce soit,où que ce soit sur cette planète, pourrait prétendre, en l’état actuel des connaissances, avec à peine un an de recul, que « Non nous ne serons pas génétiquement modifiés ni nos enfants autistes à cause de ces vaccins » ? N’y aurait-il donc pas des précédents d’effets secondaires graves rencontrés suite à l’administration d’un traitement pourtant déclaré avec la même force comme étant « sans danger » ?
Nous n’en savons rien, et ce n’est pas distiller la peur que de rappeler la nécessité de mettre en œuvre, ici comme pour cette planète dont nous avons également l’intense souci, un simple principe de précaution qui semble avoir complètement mis sous le tapis – trop de profits en jeu pour s’accorder ce luxe, sans doute, même quand il est question de vies d’enfants ou de femmes enceintes…

Vous me permettrez de ne pas être d’accord avec votre assertion selon laquelle « notre âme ne peut pas être corrompue par ces injections » car, dites-vous, « nous sommes bien plus forts que ça ». Certes, « nous sommes plus que notre corps », mais pour autant, « nous » sommes un tout corps-esprit, ou corps-âme, comme on voudra, et ce qui arrive, dans ce lien – même s’il se modifie évidemment avec la mort-, à notre corps, n’est pas anodin pour notre âme, en raison même de ce lien. Par le corps, l’âme s’exprime, par le corps, l’âme peut être attaquée même si elle ne peut être détruite. Notre corps est notre boussole, notre guide, on ne peut le traiter comme un simple « véhicule », car il est bien le lieu (et le lien) d’une expérience, de l’expérience terrestre, et dans cette expérience terrestre, accepter dans son corps une substance que l’âme rejette, ou accepter les conditions dans lesquelles on veut imposer au corps cette substance que l’âme rejette, peut faire du mal à l’un ET à l’autre. Accepter dans son corps une substance conçue dans ces conditions, avec tout l’arrière-plan délétère qui va peu à peu être révélé au grand jour, comme vous le suggérez également Tristan, n’en doutons pas – c’est aussi accepter, pour son âme, un système entier, une vibration, un niveau d’énergie, donc, et qui peut dire que c’est sans conséquence pour l’âme, au-delà du seul corps ?
Pollution physique et pollution de la sphère mentale sont liés pour moi. Notre planète elle-même serait-elle dans cet état, physiquement, matériellement, si les systèmes de pensée qui ont permis cela n’avaient pas prévalu dans le monde ?
Quand on ingère un OGM, ce n’est pas seulement le corps qui trinque, mais aussi l’âme, puisque c’est tout un système de production, d’organisation, de domination du monde que l’âme se trouve sommée de cautionner au travers de cette ingestion. Cela se fait à un niveau subtil, mais on ne peut plus réel, et opérant. C’est pour cette raison précise que nombre de ceux et celles qui refusent les actuels « vaccins » ne refusent pas « que » la substance dans leur corps, mais aussi, au niveau de leur âme, tout le système (mental, économique, politique, social…) qui en arrive à vouloir les imposer à nos corps. D’ailleurs est-ce un hasard si le « monde selon le pass sanitaire », cette nouvelle approche de la vie, arrive quasiment en même temps que les vaccins qui en constituent le fondement ?
Il y aurait tant à dire à ce sujet…

Je crois que ce n’est pas pour rien que nombre de traditions initiées considèrent précisément le corps comme un temple, comme le saint des saints… à respecter en tant que tel, et non en tant que simple « véhicule » de l’âme. Et ce n’est pas manquer de spiritualité que d’honorer ce lien, au contraire.
Mais bien sûr, pour cela comme pour le reste : nous sommes libres, par rapport à notre quête « d’êtres spirituels venus faire une expérience terrestre », comme le disait si limpidement Teilhard de Chardin, d’instaurer le rapport que nous voulons à notre corps. Accepter de meurtrir son corps peut faire partie de la quête d’incarnation d’un être, le chemin par lequel il a décidé (il y a peut-être fort longtemps…) de passer pour comprendre ce qu’il a à comprendre… peut-être par rapport à son âme. Elle seule le sait au fond.
Mais pour autant, que quoi que ce soit qui arrive à notre corps puisse ne pas avoir d’impact sur notre âme, en vertu de cette réalité mise en lumière par Teilhard… voilà qui est en tout cas un leurre.

Répondre
Anne 23 juillet 2021 at 14 h 47 min

si vous êtes intéressé (e)s par une canalisation de Sophie Guedj Mettey… Intéressant ce que l’on veut « alimenter » en conflit…ou pas 🙂
Belle journée à tous et bons choix à chacun.
Anne

Répondre
Marielle 22 juillet 2021 at 22 h 15 min

Je suis entièrement d’accord. Que la Lumière continue à nous guider, l’essentiel est invisible aux yeux et se prononce avec les mots du cœur. Pas besoin de Pass, nous sommes reliés !
Merci beaucoup de nous le communiquer .

Répondre
Nath 22 juillet 2021 at 21 h 27 min

Que cela fait du bien de lire tes mots! Merci Tristan. Je partage ton point de vue et ta vision haute et lumineuse du monde que je veux co créer avec tous les magnifiques êtres humains qui peuplent notre si belle Terre. Rayonnons ce que nous avons de meilleur. Nous sommes des milliards d’étincelles de lumière. Passe un bel été, en sérénité, en amour, en confiance.

Répondre
Marie 22 juillet 2021 at 21 h 27 min

Ben oui, désormais les restos c’est à la maison…:!! Plus de convivialité, de tranquillité et tout aussi gourmand ! Courage à tous

Répondre
Marie 22 juillet 2021 at 21 h 25 min

MERCI ! MERCI ! MERCI !

Répondre
Carole 22 juillet 2021 at 21 h 13 min

Merci Tristan ! un message bienvenu !

Répondre
Nathalie 22 juillet 2021 at 20 h 40 min

Tristan merci d’écrire avec autant de clarté ce que je ressentais ; bien sûr, tout craque, bouge, change, évolue !
Avec toute ma lumière confiante

Répondre
Marie 22 juillet 2021 at 20 h 30 min

Oui merci Tristan ☀️ Maintenons nos pensées, notre énergie dans de belles et hautes vibrations. Ensemble

Répondre
Sara 22 juillet 2021 at 19 h 13 min

C’est la signification de mon nom de famille, en arabe 🙂
Et oui, ça passe partout et révèle les choses cachées !
Merci Tristan, pour vos billets, toujours intéressants à lire

Répondre
Cath 22 juillet 2021 at 19 h 12 min

Formidable ce commentaire….j’adhère…..merci de publier cela …je voudrais rajouter qu’il existe sur Paris des cinemas sans pass sanitaire 11 exactement à voir sur le site du bonbon….

Répondre
Elucidu 22 juillet 2021 at 19 h 03 min

Bonjour Tristan
C’est exactement ce que je ressens ; ne surtout pas se laisser embarquer à la dérive, gardons notre boussole intérieure, on trouvera toujours de quoi être présent au monde et aux autres
Merci Tristan pour ce gouvernail !
Eliane

Répondre
NatS 22 juillet 2021 at 18 h 53 min

Merci

Répondre
Aurélie 22 juillet 2021 at 18 h 42 min

Bien dit ^^
Lumière en nos cœurs, en le cœur de chacun d’entre nous

Répondre
sophie 22 juillet 2021 at 18 h 38 min

Merci je vais relire votre texte. Cela vous a apaisé de l’écrire et cela m’apaise de le lire ou plutôt entretien la lumière comme vous en parlez si bien, tout simplement,.

Répondre
Isabelle 22 juillet 2021 at 21 h 42 min

Merci Tristan ça fait chaud au coeur de vous lire et je vais entretenir cette torche

Répondre
Pigot 22 juillet 2021 at 22 h 19 min

Tres inspiré ce jour.
A votre avis dans cette ambiance « terroriste » , doit on ou pas se faire vacciner ?

Répondre
Tristan 23 juillet 2021 at 0 h 14 min

C’est un choix individuel. Il n’y a pas de règle valable pour tous.

Répondre
Pigot 23 juillet 2021 at 3 h 13 min

Non, trop facile comme réponse , de quoi nous parlent les planètes en ce sens?

Tristan 24 juillet 2021 at 18 h 03 min

La liberté de conscience, de choix, n’est jamais choses facile. 🙂
Si vous voulez un point de vue astrologique, nous pouvons considérer que plus un astre est loin du Soleil, plus il représente une forme d’énergie ou de conscience élevée. En ce moment, dans le carré Uranus Saturne, l’autorité de Saturne tente de dominer l’émancipation uranienne. C’est un processus régressif qui ne fonctionnera pas à terme. Uranus reprendra ses droits. L’autorité est une énergie d’un registre inférieur à la liberté.
Dans le bon ordre astral, l’autorité ne peut durablement agresser la liberté mais au contraire, pour durer dans sa mission, se doit de la soutenir.

Pigot 24 juillet 2021 at 20 h 09 min

Merci de votre réponse, comme uranus reste en carré à saturne jusqu’en janvier 2023 nous nous devons de patienter
ainsi que pour la sortie d uranus en taureau.

Tristan 25 juillet 2021 at 18 h 24 min

Votre réponse est intéressante. Si vous le permettez, je vais vous répondre dans un article complet quand j’aurais un peu de temps.

Anneb 8 août 2021 at 22 h 05 min

Bonsoir Tristan,
Merci pour ton message qui a éclairé mon mois de juillet bien terni par cette annonce gouvernementale. Je me suis sentie oppressée en bon verseau, d’être obligée en septembre, ou plus tard, de devoir accepter une injection/injonction pour pouvoir continuer à enseigner. Peut on espérer sortir de ce cauchemar fin octobre quand saturne ne sera plus rétrograde ?
Merci encore Tristan!
Anne

Tristan 15 août 2021 at 11 h 17 min

Bonjour Anne,
Je ne sais pas. Je ne pense pas que cette situation va durer longtemps. On est au bord d’un craquage civilisationnelle. Ce que je peux te dire, c’est que ceux qui souhaitent préserver leur intégrité physique sont peut-être les perdants du moment, mais ce sont à coup sûr les gagnants du futur. Tiens bon. Fais confiance à ton étoile, inscris toi dans une dynamique de réseau solidaire. Protège ta santé.

Nuit*étoilée 23 juillet 2021 at 6 h 01 min

Si je peux me permettre d’intervenir ici… Il me semble que la réponse est dans la question : vers quoi nous pousse, VEUT nous pousser cette ambiance « terroriste » comme vous dites ?

Eh bien je crois que la liberté, l’autonomie ne peuvent précisément se trouver que dans la direction opposée à celle qu’on nous somme (avec quelle insistance !) d’emprunter. Et je comprends que Tristan ne vous réponde pas sur la question du « message » supposé des planètes sur un point aussi précis que celui de la vaccination : en dehors même de tout ce qu’il nous apporte comme précieux éclairages astrologiques depuis des mois (et singulièrement sur la problématique liée au carré Uranus-Saturne), il reste que là aussi, les astres « inclinent mais ne déterminent pas », et nous laissent une fois de plus le soin, selon notre niveau de perception, de conscience, d’engagement, selon nos expériences spirituelles à mener et autres leçons de vie spécifiques à cette incarnation, de tirer nous-mêmes les conclusions qui s’imposent à nous, et les conséquences de nos constatations et décisions.

Autrement dit : nous sommes libres, dans tous les sens, et pas seulement dans celui qu’on nous désigne au niveau du pouvoir comme seule voie de salut, libres de voir ou de ne pas voir, de croire ou de ne pas croire, de faire ou de ne pas faire. Seule limite, seule boussole, seul paramètre : notre Conscience. Et jamais aucun astre, aucun gourou, aucun texte de loi ne pourra jamais décider à la place de celle-ci. Une phrase m’accompagne depuis longtemps, l’année de terminale précisément, où en cours de philo j’avais été confrontée pour la première fois avec saisissement au constat de Sartre : « Je suis condamné à être libre ». Il ne faudrait jamais transiger avec cette liberté-là, qui est le fondement même de notre humanité. Et même si cela fait peur.

Nous pouvons lever les yeux ensemble vers le même ciel, mais verrons-nous pour autant la même chose ?

A mon humble niveau, je regarde le carré Uranus-Saturne, et je me dis, en vraie Verseau : attention, liberté en danger, attention, attaque de « vieux monde » en vue !
Je regarde ces oppositions actuelles de Pluton (vous me corrigerez Tristan si je me trompe), accompagné d’ailleurs en ce moment par la Lune, plus ou moins exactes mais je le crois vraiment sensibles dans l’air du temps : l’opposition à Mercure, et celle au Soleil, et je me dis : attention, manipulation mentale en vue, tentative d’obscurcissement de notre soleil intérieur (celui même dont vous avez si joliment parlé Tristan !), de notre force vitale !
Et de l’autre côté, qu’est-ce que je vois comme antidote, comme contrepoison (c’est le cas de le dire) à ce vent mauvais ? Le rayonnement de Neptune, l’idéal, la spiritualité vraie, la lumière intérieure, le murmure de l’âme : trigone à ce même Mercure « attaqué » (désorienté, plongé dans la peur, enténébré) par Pluton… et sextile à ce dernier et à sa proche voisine du moment, la Lune, comme dans un élan d’élévation, d’inspiration, d’intuition et de créativité.
Et voyant tout cela, je me dis… tout ce que précisément vous dites dans ce beau texte, Tristan. Ne nous laissons pas gagner par la peur. Ne prenons pas – individuellement, collectivement – sous l’effet de cette peur, de la manipulation palpable en cours, des décisions que nous pourrions regretter une fois tout cet épisode passé (car il passera), prenons nos distances avec toute l’actuelle « surface » car l’essentiel se joue ailleurs, et sera révélé en temps et heure.
Et, de là où je suis, par rapport à ce que je suis, à ce que j’attends de cette vie et suis venue y faire, ce que je lis dans le ciel fait écho à ce que je sens en moi, et me pousse à dire clairement NON à ce qu’on cherche à nous imposer avec une violence inouïe. Il y a en effet trop de violence dans cette insistance, décorrélée de la situation actuelle véritable, pour avoir envie d’y adhérer une seule seconde, et ne pas trouver tout cela extrêmement délétère.

Maintenant, c’est ma lecture du ciel – extérieur, et intérieur ! A chacun de faire la sienne, en son âme et conscience, et c’est je crois le sens de que vous dites, Tristan, dans votre réponse ci-dessus.
Plus que jamais, nous sommes « condamnés à êtres libres »…

Répondre

Laisser un commentaire

Avant de commenter ce contenu, vous êtes invité à prendre connaissance des règles de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

*

* En commentant vous donnez votre accord pour que les informations personnelles demandées pour votre authentification soient enregistrées. L'Astrologie Autrement n'en fera aucune exploitation.

L'Astrologie Autrement