Lunaison

La Pleine Lune du 31 octobre 2020

La Pleine Lune du 31 octobre 2020 nous fait barboter un peu toujours dans les mêmes énergies récurrentes depuis plusieurs mois. L’usure peut déprimer, mais nous commençons à voir venir les premières secousses qui vont balayer le vieux monde.

  1. L’invariant de la période, que l’on retrouve dans la Pleine Lune du 31 octobre 2020, c’est la prépondérance des énergies de réalisations concrètes. Elles nous donnent une capacité à faire ce qui est à faire. Cela ne veut pas dire qu’il y ait de l’entrain, de la compréhension ou de la joie, mais il y a une énergie qui permet de concrétiser matériellement les choses à faire, en s’organisant, en les prenant en charge… Les autres modes de stimulation de nos énergies qui nous entourent sont beaucoup plus faibles, ils se partagent à eux trois l’autre moitié du gâteau.
    Cette prépondérance des énergies de réalisation concrète, et le fait que l’on manque d’entrain et d’enthousiasme, peut aussi paradoxalement engendrer une perte de goût dans ce que nous faisons, une sorte d’agueusie énergétique pourrait-on dire. C’est à la mode l’agueusie. Parlons-en un petit peu.
    N’être que dans des stimulations de faire, depuis des mois, sans stimulation soutenue de notre enthousiasme, de nos élans, et sans ressentir la vie avec les autres, cela peut devenir réellement déprimant. Il y a un côté robotisant assez pénible dans la constance de cette trame de fond énergétique, qui peut engendrer une perte de goût de la vie.
    La stimulation intense et répétée à l’excès de ces énergies de réalisation concrète peut aussi engendrer en effet miroir, une sorte de tristesse, d’apathie ou de découragement. Cela est d’autant plus vrai en ce moment, que les énergies qui stimulent ce « faire », ont aussi fortement tendance à démolir ce qui a été fait et ce, à grande échelle. Nous sommes en train d’assister à un effondrement structurel. Les aspects vermoulus de la gouvernance, de la justice ou du cadre légal, s’affichent sans vergogne. L’illusion de la bienveillance des vieilles structures se dissipe. Contre cet effondrement, nous ne pouvons pour le moment pas faire grand-chose. Il faut accepter que cette fin d’un monde dont on parle depuis longtemps soit là. Si nous voulons retrouver une vie agréable, il ne faut plus regarder derrière, mais devant, en acceptant que c’est la fin du vieux monde. Nous avons ce deuil à faire collectivement.
    C’est ce que ce deuxième confinement vient nous dire. N’espérons pas composer avec le système, il s’emballe dans sa folie destructrice.
  2. Autour de la Pleine Lune du 31 octobre 2020, il y a un premier sursaut de révolte. Il se passe quelque chose que l’on pourrait appeler : « une égratignure au contrat de paix ». C’est très conjoncturel à cette Pleine Lune du 31 octobre 2020 et cela se dissipera assez vite, mais c’est assez intense. Nos émotions sont fortement stimulées à mettre les pieds dans le plat et à nous libérer d’une forme de statisme ou d’immobilisme qui maintenait encore sous cloche des émotions non exprimées.
    C’est comme si une première éruption volcanique avait lieu, avec sa première coulée de lave, à la fois douloureuse, mais qui libère une pression trop longtemps contenue.
    Sur le plan mondial cela se manifeste par des revendications de liberté qui s’incarnent soudainement dans des manifestations qui fleurissent un peu partout sur la planète, en même temps que la gouvernance et la justice imposent un cadre de plus en plus froid et dur. Il y a une ambiance de pré-révolte ou à minima de fronde qu’il n’y avait pas du tout au printemps dernier.
    On peut aussi vivre ces énergies sur un plan personnel par des expériences explosives qui libèrent des émotions maintenues depuis longtemps sous cap. Ces graines de révolte sont l’occasion de lever le voile sur les mauvaises raisons qui nous faisaient conserver une paix non durable.
  3. Dans les énergies de la Pleine Lune du 31 octobre 2020, une part de nous est toujours stimulée dans la recherche d’accords. Nous pouvons en ce moment, penser en termes d’accords et leur donner notre préférence pour préserver une sorte d’harmonisation. L’explosion que j’évoquais plus haut est atténuée par le fait que nos stimulations intellectuelles et sensorielles recherchent plus le consensus que l’affrontement.
    C’est un autre point qui tend à modérer le tempérament et qui participe au fait que nous ne sommes pas réellement dans un intense moment de révolte, mais plus dans une explosion sporadique qui vide un trop plein émotionnel.
  4. Les énergies de la Pleine Lune du 31 octobre 2020 relient notre besoin de nous battre pour nous affirmer avec celui de nous projeter dans l’avenir ou nous diriger fortement vers un but. Ces deux énergies se renforcent mutuellement. Nous pouvons ainsi percevoir l’atteinte d’objectifs comme un moyen d’affirmer qui nous sommes ou, dans l’autre sens, nous pouvons utiliser une forme d’affirmation de soi combative pour soutenir la direction que nous voulons prendre ou donner aux choses.
    Quel que soit le sens dans lequel nous prenons cette association d’énergies, nous avons intérêt à lever le pied sur nos obstinations. Elles ne mèneront qu’à nous taper la tête sur des murs plus durs que nos crânes. Ce qui compte en ce moment, c’est de sortir de notre quête mutique et retrouver le sens du jeu, du rire et de la parole. Il est plus productif et efficace en ce moment de parler, de prendre les choses avec légèreté, de s’intéresser aux autres, de dédramatiser et d’alléger les tensions, que de se maintenir dans une projection qui n’aboutira pas. En ce moment, il ne sert à rien de se projeter.

La période que nous vivons devient de plus en plus difficile. Nous la traverserons mieux en la comprenant. Les piliers du monde qui nous a vu naître sont en train de tomber et on ne peut rien y faire. Ce monde c’est celui dans lequel nous sommes arrivés avec un sentiment qu’il n’était pas le nôtre. Souvenons-nous en de toute notre âme.
C’est un fatras gigantesque. Tout s’effondre, nos illusions d’une bienveillance institutionnelle protectrice au-dessus de nous avec.
La question est donc : que fait-on quand le toit et les murs de la maison s’effondrent ?
Est-ce que l’on se tient à l’intérieur pour réparer ou tenter de remettre une poutre droite ? Sauver un vieux tableau accroché au mur ?
Cette attitude est suicidaire, héroïque, mais suicidaire.
Quand la maison s’écroule, on sort vite fait. On arrête de penser que l’on peut continuer d’exister dans ce monde-là. On sauve sa peau.
Nous entrons dans la phase d’écroulement où ce qui compte, c’est de sortir pour ne pas être sous les briques, les poutres et les tuiles. Ce n’est pas le moment de reconstruire. Ce temps viendra après. Ce qui compte en ce moment c’est de faire le deuil du vieux monde qui s’écroule, de le laisser s’effondrer, de couper les liens avec lui et de sortir de la maison.

Très belle quinzaine à tous et à toutes, et à très bientôt pour la Nouvelle Lune de novembre 2020 !

Image par Jordy Meow de Pixabay

 

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez votre ressenti à propos de ce que vous lisez.

27 commentaires

Isa49 10 novembre 2020 at 13 h 56 min

Sortir de la maison Tristan, signifie t il se libérer, travailler sur nos schémas, nos relations, ce qui nous semble lourd, et qu on ne lâche pas par gentillesse ou attavisme ? Ces temps brassent fort nos peurs et nos craintes. Ainsi les mémoires de famine, de guerre, de manipulation, tout ça semble remonter à la surface et sidère, paralyse ceux qui ont des moyens pour entrer en rébellion. Mais avant celà, et pour éviter de partir dans une contestation dispersée, ne devons nous pas faire d abord le travail à l intérieur de chacun ? Avant d accoucher, les contractions peuvent durer un moment…

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 09 min

Oui les mémoires remontent, c’est très juste, c’est pourquoi nous avons beaucoup à faire avec la peur et à garder la foi en nous. Et c’est en effet un travail intérieur. Vous avez une grande finesse de compréhension de la vie. Merci Isa.

Répondre
Ln 3 novembre 2020 at 22 h 25 min

Agueusie énergétique: j’ai adoré! par ici c’est anosmie la vogue. De toute façon, avec l’anosmie vient l’agueusie. En bref on ne sait plus ce qu’on sent ni ce que ça goûte cette époque!!

Avec Neptune rétro en domicile au carré des noeuds mutables, revenir à la respiration intérieure de base ça aide à dompter le « s’ agit-air » et recadrer le « j’ai-mots » dont le maître est rétro de toute façon.

Sûrement que la tentation est grande de s’ évader ou de sombrer dans le flou des flots neptuniens. À la rigueur on ne s’ en rendrait même pas compte!! Les fraudes sont endémiques comme.le virus.

Les « gros muscles » actuels en Capricorne, quand même il y a tout un réservoir de patience et de puissance pour soutenir cette Lune en Taureau dynamisée par Uranus (je patouille dans mes pots de fleurs et légumes « technos ») face au Soleil en Scorpion (excellent pour la vigilance et dynamiser la délimitation du territoire individuel au besoin). Bon c’est vrai que ça donne du drame à la.période.

Ça redessine les habitudes de sommeil en tout cas! Avec l’hiver qui commence, je ressens une privation de toute une expression. Alors le royaume intérieur c’est là que ça se passe.

De toute façon avec Mercure et Mars rétros, le mental et l’action tournent au ralenti. Une quinzaine pour attirer les autres dans sa paix et non poir les rejoindre dans la tempête.

Répondre
Domi 3 novembre 2020 at 14 h 01 min

Franchement je ne demanderais pas mieux que de sortir de mon studio en centre ville pour aller gambader dans la nature et laisser tout en plan. Mais on est justement confinés et ratatinés à l’intérieur ! sans accès à la nature… Faut sortir de son corps ? Le retrouvera-t-on au retour ? Faut-il sortir de sa tête… où se pose-t-on en attendant pendant qu’on aére le bocal ! Tout cela est bien abstrait pour moi.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 16 min

Sortir de nos conditionnements, ou de nos peurs? Cela vous semblent-ils plus concrets 🙂

Répondre
Philomène 2 novembre 2020 at 11 h 48 min

« La création toute entière souffre les douleurs de l’enfantement » Nouveau Testament , il y a donc près de deux mille ans , une ère zodiacale ? Nous serions à l’ère du Verseau….

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 20 min

Ca va prendre encore un peu de temps l’ère du Verseau. Nous sommes bien à la fin de l’ère des Poissons, la fin de la confusion, la fin du manque de discernement, du sacrifice, de la domination des religions…

Répondre
Eric76430 1 novembre 2020 at 12 h 36 min

Merci Tristan pour ces mots qui expriment ce que nous ressentons tous!
Simplement merci également de nous indiquer le chemin de « la sortie » et où se réfugier, ainsi que les signes de l’avenir et es contours du nouveau monde.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 21 min

Merci Eric !

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 21 min

Merci Eric !

Répondre
NatFol 1 novembre 2020 at 11 h 31 min

Wow! La photo est évocatrice ! Effectivement, le besoin de comprendre est essentiel et tes explications sont éclairantes ! Merci! Cela permet de ne pas désespérer et d’être patient. Personnellement, c’est difficile de ne « rien faire » et mon cerveau turbine à plein régime de toute l’énergie que je ne peux investir à l’extérieur.. Méditations quotidiennes ,promenade de mes chiens et travail m’aident à ne pas passer la journée sur les réseaux sociaux à l’affut des dernières news de la matrice 3D , décor de carton-pâte hollywoodien qui s’effondre… Regard tourné sur les États-Unis maintenant. Merci Tristan. Ton travail est essentiel.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 23 min

Comme je te comprends NatFol. Essaye de te nourrir d’informations pleine d’amour aussi. C’est important pour t’équilibrer.

Répondre
Fatoumata 1 novembre 2020 at 10 h 59 min

Bonjour Tristan,

J’ai une réflexion à partager à la lumière de tes connaissances.
J’aimerai que tu m’aides à comprendre les lectures pour les signes astrologiques solaires qui ont fêté (belier et taureau) et qui vont fêté (scorpion et sagittaire) leur anniversaire dans une période de confinement.
Est-ce que c’est possible également un focus sur les signes opposés taureau et scorpion ?
Je me doute que tous cela doit faire dans les cieux et les astres, mais j’ai du mal à saisir.
Merci de ton aide Tristan.

Fatoumata

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 26 min

Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de spécifique à comprendre en astrologie sur ses signes et les confinements, re confinements. L’étrangeté que je constate, c’est que confinement ou pas, nous poursuivons notre « programme » d’évolution personnel.

Répondre
fado 1 novembre 2020 at 1 h 00 min

Enthousiasmant tout ça ! Misère.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 26 min

🙂

Répondre
Musicale 1 novembre 2020 at 0 h 42 min

Merci, Tristan, soyons patients dans la paix et dans l’amour. Un nouveau monde nous attend.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 27 min

Oui, nourrissons-le dans nos coeurs.

Répondre
Alx 31 octobre 2020 at 22 h 21 min

Et est ce que cet effondrement et le deuil qu’il propose se situent plus précisément à un endroit de notre thème ? Si oui où doit on focuser ? Merci Tristan.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 28 min

Là où vous avez le Capricorne.

Répondre
Cerise 31 octobre 2020 at 22 h 20 min

Merci de votre présence ! Et oui a dans 15 jours !

Répondre
Cerise 31 octobre 2020 at 22 h 16 min

Il faut sortir de la maison ? Mais pour aller où ?

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 30 min

Dans le jardin déjà, histoire de ne pas se prendre le toit sur la tête 🙂

Répondre
Marie 31 octobre 2020 at 21 h 46 min

Tres juste analyse Tristan….tu lis dans nos pensées….
Merci aussi car nous avons besoin de cette vision pour ne pas s’effondrer …
Belle quinzaine à toi et à tes proches.

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 31 min

Merci 🙂

Répondre
Frédérique 31 octobre 2020 at 21 h 36 min

Merci beaucoup ! Oui nous sommes compressés par la matrice comme lors d’un accouchement… Pas confortable, puissant mais tellement vital !

Répondre
Tristan 16 novembre 2020 at 20 h 31 min

Oui, pour faire sortir notre humanité, il nous faut beaucoup de pression.

Répondre

Laisser un commentaire

Avant de commenter ce contenu, vous êtes invité à prendre connaissance des règles de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

*

* En commentant vous donnez votre accord pour que les informations personnelles demandées pour votre authentification soient enregistrées. L'Astrologie Autrement n'en fera aucune exploitation.

L'Astrologie Autrement