La Nouvelle Lune du 25 janvier 2020

La Nouvelle Lune du 25 janvier 2020 marque un changement d’énergie vers un peu plus de légèreté. Même si l’ambiance de fond reste assez pesante, nous pouvons commencer à concevoir l’autre monde vers lequel nous basculons sûrement. Un autre monde dans lequel les vieilles autorités entament leur chute.

  1. Les énergies bougent pour cette Nouvelle Lune du 25 janvier 2020. Nous sortons d’une période assez lourde et monolithique avec un équilibre de stimulation plus varié.
    Ce n’est pas encore une période d’équilibre des éléments, loin de là, mais il y a plus de variété. Nous allons regarder tout cela de plus près.
    Les énergies de réalisation concrète restent dominantes et importantes à terme. Les énergies lentes qui constituent la trame de fonds de la période que nous traversons, stimulent essentiellement le mode de fonctionnement du concret, de la matière, du besoin de faire. C’est dans cette énergie que nous baignons, et que nous baignons tellement que nous ne nous en rendons plus vraiment compte. Il y a un fond de lourdeur et souvent de tristesse qui remonte. Au mois de décembre nous étions complètement dans cette ambiance ce qui a aidé à faire une bascule, comme si nous n’en pouvions plus et qu’il fallait basculer vers autre chose.
    Pour cette Nouvelle Lune du 25 janvier 2020 nous sortons un peu de cette ambiance et pouvons maintenant vivre cette trame énergétique particulière qui correspond à toute cette restructuration de notre société, comme une toile de fond de la période que nous traversons, et ressentir les variations du moment.

  2. Les énergies qui retrouvent de la vigueur pour cette Nouvelle Lune du 25 janvier 2020 sont celles qui stimulent notre capacité à développer des idées et des concepts qui nous aident à repenser la société humaine. Il y a une stimulation des idées progressistes, peut-être une sensibilisation pour une forme d’équité, d’égalité ou de fraternité. Cela peut nous apporter un peu de respiration et nous décoller le nez du sol pour nous aider à reprendre de la hauteur et à rouvrir le champ des idées.
    Ces énergies apportent une tendance plus yang à la période. Elles stimulent notre capacité à émettre de nouveau quelque chose vers l’extérieur, à retrouver une forme de pensée créatrice qui restaure de la joie et de l’espoir. Quand nous pouvons repenser le monde, l’espoir renaît. C’est une belle stimulation créatrice que nous apporte cette Nouvelle Lune du 25 janvier 2020.
    Du point de vu collectif, nous avons pu observer ce passage d’énergie avec le changement d’action sur les grèves. Nous sommes passés d’une situation de blocage lourde, où la grève était faite de manière concrète sur le terrain, à une situation de prise de recul, de recherche d’idées nouvelles pour construire une autre forme d’action. Le fonctionnement aujourd’hui est allégé et plus conceptuel. Les grévistes cherchent des idées pour poursuivre leur lutte de manière plus légère.

  3. L’autre forme d’énergie qui a retrouvé une bonne stimulation pour cette pour cette Nouvelle Lune du 25 janvier 2020, est celle de la reliance. Nous pouvons en ce moment avoir une sensibilité assez développée qui nous fait apprécier la reliance spirituelle, ou le sentiment de nous sentir liée à l’ensemble du vivant. Nous pouvons apprécier plus qu’à l’ordinaire ce qui est de l’ordre de la dimension de la foi, de la connexion au divin. Il y a quelque chose d’assez instinctif dans notre ouverture à la dimension divine. L’intuition est assez développée et les connexions se font facilement.

  4. Ce sentiment de reliance spirituelle ou humaniste, peut-être assez contrarié par notre désir d’atteindre un but en particulier. L’énergie du désir est en ce moment tournée vers la volonté d’atteindre un but, de viser un objectif et de le réaliser par l’action. Et cela peut créer une forme de tension car ce désir est en contradiction avec le sentiment de reliance spirituelle qui se développe. C’est un désir qui reste assez isolé dans son coin. Nous pouvons peut-être ressentir cela, nous sentir tendu par un désir d’atteindre quelque chose d’important pour nous, et sentir en même temps qu’il y a très peu de relai à ce désir, qu’il faut batailler pour l’atteindre, mais qu’il reste par moment impalpable. C’est un peu comme si nous donnions des coups d’épée dans l’eau, que notre volonté avait du mal à opérer efficacement de manière tranchée. Tout reste un peu confus.

  5. Nous démarrons un nouveau cycle dans la conscience collective qui concerne la remise en question de notre exercice de la responsabilité individuelle ou du sens de l’autorité. Tous les 32 à 34 ans, ce cycle recommence avec une révision du sens de la responsabilité et de l’autorité. Il nous touche individuellement mais il affecte plus particulièrement les dirigeants du monde. La singularité du cycle que nous démarrons, est qu’il s’appuie sur la remise en question de l’autorité lorsqu’elle s’appuie sur des structures et des organisations devenues obsolètes et ne pouvant plus supporter les besoins d’évolution de l’humanité.
    Nous le voyons en ce moment avec des figures d’autorité comme Trump, Bolsonaro ou Macron : elles s’appuient sur des structures qui renforcent les divisions par un dualisme violent et brutal, ce qui est une forme d’organisation qui ne peut plus servir les besoins de notre évolution collective. Nous ne pouvons évoluer qu’en retrouvant une unité, une conscience non duelle. Sans quoi, nous ferons exploser notre écosystème et nous avec. Nous avons maintenant besoin de nous organiser autour de concept de collaboration, d’entraide, ce qui implique de détruire en nous l’esprits de lutte duelle.
    Or ce que nous voyons chez nos gouvernements est à peu près l’inverse, d’où des insurrections qui viennent remettre en cause cette forme de gouvernance qui se répandent comme une traînée de poudre sur toute la planète. Il y a une remise en question du modèle de gouvernance et de notre conscience individuelle de la responsabilité. Les peuples veulent reprendre leur gouvernance.
    D’un autre côté, ceux qui exercent une forme d’autorité d’opposition à cette gouvernance, tombent également sur un os et rien ne marche. Ni la gouvernance brutale, ni l’opposition frontale. Les fronts ne fonctionnement pas plus que les affronts à termes. L’un et l’autre sont construits sur une volonté d’en découdre pour atteindre le sommet de l’échelle et diriger le monde à sa manière en ayant éradiquer l’autre.

    Cette ère est révolue, elle ne fonctionne plus et c’est ce que nous expérimentons en ce moment. Nous sommes au point de départ de la déconstruction de cette forme d’exercice de l’autorité, ou de la responsabilité individuelle, sur notre planète. Nous allons, à la suite de cela, vivre au cours des 34 prochaines années, des étapes successives de ce reformatage de la conscience de la responsabilité individuelle pour arriver petit à petit à déconstruire le mythe du chef qui domine, qui sauve et qui protège, et intégrer une forme d’organisation nouvelle où chacun collabore à tous les niveaux.

    Peut-être est-ce la fin d’un monde où les grands prédateurs dominent sauvagement sans partage. Je voyais récemment un reportage sur une tribu de lions. Un vieux lion fut déchu par deux jeunes mâles qui s’emparèrent de la troupe. Comme de coutume, les jeunes dominants tuèrent les lionceaux de la troupe pour engendrer leur propre descendance. Mais une lionne leur résista. Elle quitta seule la troupe avec 4 ou 5 jeunes. Puis fut pourchassée par les jeunes mâles. Mais elle fut aidée par une jeune lionne qui la rejoignit et elle trouva la force de se battre contre les deux mâles, qui finirent par abandonner l’idée de la soumettre.
    Peut-être est-ce coutumier ? Peut-être est-ce le signe que l’énergie de la planète change. Le roi lion bienveillant, ne l’oublions pas, était une fable, il est tant que l’autorité se partage avec tous les genres et dans un esprit d’entraide.

Très belle quinzaine à tous et à toutes et à très bientôt pour la Pleine Lune de février 2020 !

Image par DerSilent de Pixabay

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez votre ressenti à propos de ce que vous lisez.

6 commentaires

Gisèle 26 janvier 2020 at 20 h 59 min

merci Tristan tout est dit, tellement simplement !

Répondre
Nuit*étoilée 26 janvier 2020 at 11 h 35 min

Comme toujours, votre regard sur l’état des choses et des êtres touche tellement juste, soyez-en chaleureusement remercié Tristan. J’adore votre façon de mettre les choses en perspective, de resituer l’actualité la plus aiguë dans un cadre bien plus vaste qui parle tout de suite au cœur et à l’intelligence. De relier le contingent (apparent) à l’universel (toujours en embuscade ;-)). C’est le principe même de l’élévation… le principe du spirituel.
Merci pour cet éclairage très précieux sur le cycle de 34 ans que nous amorçons collectivement et individuellement. C’est passionnant et émouvant de se sentir partie prenante de cette « aventure « -là, une aventure planétaire que nous nous devons de réussir ensemble… si nous ne voulons pas tout perdre ensemble. Je repense à ce magnifique appel de Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, ou nous mourrons ensemble comme des imbéciles ». C’est plus que jamais vrai. Et j’ajouterai le mot « sœur », qui ne peut plus passer à la trappe désormais…
Fraternité ET sororité : humanité.
Et au-delà encore : tout le vivant, infiniment relié.
En ce sens votre histoire de la lionne m’a enthousiasmée, merci de ce partage aussi ! C’est beau et fort, cela redonne énormément d’espoir à travers tous les orages (et les feux…) que nous traversons planétairement. Eh oui, l’heure du féminin a peut-être enfin sonné, après des siècles interminables de patriarcat, ce qui rejoint d’ailleurs totalement votre analyse de la nécessité de la fin du mythe de « l’homme fort ». J’ai aussi la profonde conviction que nous nous dirigeons vers ce partage nouveau du monde, vers une transformation totale des énergies en présence. Vers, oui, une reliance, une connexion, un équilibre non fondé sur la domination des uns sur les autres mais sur l’alliance, une forme d’harmonie, de fluidité, quelque chose de plus Yin, pour continuer dans cet ordre d’idées (même si cette lunaison est pour l’heure plus Yang, certes !)… Il ne faut pas nous laisser impressionner par ces – j’allais dire ultimes – représentants d’un autoritarisme dépassé, d’une force brutale, cynique, sans partage, par ces politiques que vous citez (j’adhère ô combien à cette analyse !), et auxquels on pourrait rajouter, pour ne citer qu’eux, Erdogan, Orban, Poutine, Xi Jinping… Tous ces monarques autoproclamés roulent encore des mécaniques en semant la discorde et/ou la terreur, en divisant pour mieux régner, mais ça ne va plus pouvoir durer bien longtemps, non !
Merci de toujours nourrir l’espoir et la lumière en ces temps de peur et de violence, en rappelant simplement avec limpidité et sens de la perspective ce que, pris dans l’incertitude ambiante, nous pourrions parfois avoir tendance à oublier…

Répondre
Isabelle 25 janvier 2020 at 10 h 08 min

Merci Tristan pour ce texte qui fait du bien au cœur et à l âme. En convalescence ces deux éléments ont souffert d esseulement ces derniers temps. Merci pour votre travail de décryptage et de clarification. Au plaisir de vous lire à nouveau.

Répondre
MarieClaude Valois 24 janvier 2020 at 23 h 46 min

Bonjour Tristan!

Oui, se connecter avec le Divin est essentiel, minimum 25 minutes par jour et à la même heure, comme une méditation.
Sinon la vie se vie en errance
Comme une danse sans cadence.
J’aime l’idée ou plutôt cette attitude de vouloir transcender les choses.
Car se butter bloque la fluidité
Et la dualité est une rivalité
Qui se prive de toute unité

Bonne continuation!

Répondre
Annick 24 janvier 2020 at 21 h 52 min

Bonsoir Tristan,
Quelle belle et juste analyse de la situation due à ce cycle « qui s’en vient » diraient les Canadiens.
J’avais hâte de voir comment se présenteraient les événements au fur et à mesure de ce regroupement de planètes !
Nous allons avoir tant de chose à vivre, restons dans la confiance et l’Amour !
Dans 34 ans je ne serai plus sur cette planète, à moins que je ne sois revenue, lol. J’avoue que je préférerai un monde plus léger, j’y crois !
Merci encore Tristan d’être là, dans la Sérénité.
à très vite pour la suite « de l’histoire »

Répondre
sylvia 24 janvier 2020 at 17 h 20 min

Bonjour Tristan

Je ressens effectivement ce manque de volonté comme si ma volonté était sans poids
les il faut je dois ne marche plus
je me demande ce que je vais devenir si je n’arrive plus à diriger ma vie, si je n’ai plus peur, si l’appel de la vie
de la vraie vie est plus fort
J’ai vécue quelque chose d’impromptu qui ma renversé la ou jadis, j’aurai eu peur ou ma raison mes jugements m’auraient fait fuir je ne l’ai pas fait, je n’ai pu mon cœur c’est ouvert et l’amour est passé comme une grâce
j’en pleure encore de voir cette séparation ce que je prend pour une séparation l’autre fait partie de moi
cela me fait penser à votre histoire de lion

Répondre

Laisser un commentaire

Avant de commenter ce contenu, vous êtes invité à prendre connaissance des règles de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

*

L'Astrologie Autrement