L’astrologie : mythe ou réalité ?

Le commentaire de Fealing sur l’article Saturne en maison IX, posté il y a quelques semaines, a attiré mon attention car il touche un sujet profond en astrologie qui concerne la manière dont nous abordons cette science. Des passionnés ou des étudiants en astrologie me questionnent parfois pour me demander mon opinion sur telle ou telle approche ou interprétation. Ces interprétations me semblent parfois basées, non pas sur un fondement raisonné, mais sur des impressions, des références culturelles, des inspirations, des analogies, des histoires ou des mythologies dont on peut questionner la pertinence.

Quelle réalité ?

Il y a une origine à cette absence de fondement. Depuis que l’astrologie a été écartée du champ des connaissances officielles, elle a aussi quitté le champ de l’investigation scientifique et raisonnée pour devenir une pratique plus occulte et individuelle. Apprendre ou étudier l’astrologie dans ces circonstances devient plus périlleux et ouvre la porte à toutes formes de pensées, de références, d’idées qui peuvent être très intéressantes et inspirantes – on fait de très belles découvertes en astrologie à partir d’inspirations, d’intuitions ou de perceptions – mais qui peuvent aussi comporter nombre de biais.

La raison de ces biais vient du fait que l’astrologie n’est pas conçue en elle-même avec des hypothèses qui lui sont propres et qui puissent se soumettre à la vérification. Un mythe, c’est un récit, cela ne se vérifie pas. Une astrologie qui se justifie par les mythes ou d’autres formes d’analogies ou de références culturelles qui l’extraient de sa réalité intrinsèque, devient une idée que l’on ne peut pas éprouver par la réalité. Nous ne questionnons plus alors l’interprétation par ses fondements. Et nous sommes réduits à chercher qui a raison, qui est celui qui détiendrait la meilleure version de l’histoire, de la Vérité, pour nous en remettre à son savoir.

L’expérimentation avant la croyance

En astrologie, mon conseil serait plutôt de ne croire personne sur parole, mais de vérifier chaque chose qui nous est dite en nous-mêmes, par nous-mêmes, par notre propre expérience, pour savoir si oui ou non, cela a du sens et colle à notre réalité. Et cela ne requiert pas d’être un expert, mais seulement de s’interroger sincèrement en tant que consultant ou praticien. Si une interprétation n’a aucun sens et que nous n’avons aucune forme de résonnance en nous-mêmes, peut-être sommes nous dans l’ignorance de nous-mêmes ou dans le déni, mais peut-être aussi, cette interprétation est-elle discutable. Nous sommes en droit de questionner les fondements de cette affirmation.

Le commentaire de Fealing est très intéressant car il illustre ce propos en exposant une théorie qui sous-entend que pour interpréter les astres, il faudrait s’en remettre à la mythologie. Donc pour comprendre un aspect (une relation) entre deux astres, nous pouvons puiser dans l’histoire de ces dieux avec lesquels ils sont en analogie. Voici son commentaire. Pour l’exposé que je fais ici, c’est la fin du commentaire qui nous intéresse.

Merci Tristan. J’ai cette position de Saturne dans mon thème natal, qui est carré à Jupiter en Sagittaire et Maison V. Une invitation à l’expression de Soi (qui vient d’une profonde confiance), à dépasser cette limitation/peur d’ouverture de conscience (également Pluton en Sagittaire maison V)… Je sens que c’est la chose la plus puissante, la plus libératrice et la plus difficile à débloquer en moi… Également mon chemin de vie (Nœud Nord maison V). J’ai lu quelque part que lors d’un carré Jupiter/Saturne, comme dans le mythe Zeus/Chronos, il faut laisser symboliquement Zeus prendre le dessus et détrôner son père… Qu’en pensez-vous ? J’aime beaucoup votre façon d’expliquer les choses. MerciFealing

Merci Fealing pour ce commentaire et ce questionnement sincère. J’ai ce même aspect de carré entre Jupiter et Saturne avec Jupiter en maison XI. Mon expérience de son fonctionnement, si nous voulons apaiser la tension entre ces deux astres, est exactement l’inverse de ce qui est proposé ici à partir de la mythologie.

Le système solaire en astrologie

Avant d’expliquer cette expérience personnelle, je vous expose l’hypothèse sur laquelle je travaille et que je vérifie régulièrement concernant les relations entre les astres.
Cette hypothèse conçoit l’organisation du système solaire comme une structure dynamique qui permet à une âme de faire l’expérience de l’évolution de la conscience de son individuation à son « retour » à la conscience universelle. Les astres représentent chacun une forme de conscience dans ce parcours. Plus nous nous éloignons du cœur du système solaire, plus nous évoluons vers une conscience élevée, proche de la conscience universelle, et plus ils sont puissants et prévalents sur ceux qui sont plus proches du cœur du système solaire. Selon cette hypothèse, dans une relation de tension entre Jupiter et Saturne, Saturne étant plus éloigné, c’est à la sagesse de Saturne qu’il est préférable de s’en remettre pour apaiser la tension. Tant que nous essayons de donner la prévalence à Jupiter, la tension demeurera car nous ne répondons pas au besoin d’évolution de la conscience.

Un exemple vécu

Je vais maintenant vous expliquer comment cette hypothèse a pris corps dans mon existence. Jupiter représente la légalité, la légitimité, le cadre, la loi… et Saturne l’autorité, la responsabilité individuelle, l’intégrité. Lorsque ces astres sont dans une relation de conflit (aspect carré), nous vivons des tensions entre notre légitimité, la loi… et notre intégrité, notre responsabilité individuelle.

La question est donc de nous assumer tels que nous sommes, seuls, de manière auto-référente, plutôt que de crier à l’injustice quand une autorité nous chagrine. J’ai cet aspect de tension dans mon thème de naissance et j’ai eu à vivre plusieurs conflits en justice. Tant que je me défendais sur le plan judiciaire, et que je me sentais victime d’une injustice, je m’appuyais sur des avocats et je perdais les procédures où je n’aboutissais à rien et restait empêtré dans le conflit

Un jour j’ai dû revenir en justice pour une question vitale. J’y suis allé seul, sans avocat, et dès le départ j’ai accepté que le juge serait souverain, qu’il n’y avait pas d’injustice, et que j’étais souverain dans ma demande. A l’audience j’étais seul, j’ai apporté mon dossier au même juge qui m’avait précédemment condamné. La partie adverse a refusé mes pièces parce que ce n’était pas dans les clous de la procédure. Mais le juge les a prises (car mon intégrité était plus forte que le cadre légal). Et son jugement me fut favorable. En faisant moi-même mon dossier, en me présentant sans avocat et en acceptant dès le départ ma responsabilité et le jugement qui en découlerait, j’avais choisi cette fois d’incarner mon énergie saturnienne et de demander à mon besoin de justice jupitérien de ne pas avoir peur d’assumer ma responsabilité. Et cela me fut favorable. J’ai réitéré 2 fois cette expérience par la suite, toujours avec le même résultat, et parfois même, sans même devoir aller en justice.

Les récits mythiques de Chronos (Saturne) et de Zeus (Jupiter), nous donnent des indices dans la compréhension de l’énergie de ces astres. Le lien entre astrologie et mythologie est intéressant car nommer une chose la définit dans un champ de compréhension globale. Mais il est nécessaire d’aller au-delà de cette première approche, et de rentrer dans une structuration de l’astrologie en tant que phénomène, de définir nos hypothèses, puis de tenter de les vérifier par les expériences de nos vies.

C’est à ce prix que l’astrologie peut trouver sa place dans la réalité.

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez votre ressenti à propos de ce que vous lisez.

19 commentaires

Rosa 29 novembre 2020 at 20 h 40 min

Bonjour Tristan

Vôtre exemple est très intéressant.
Mais qu’en est-il d’un aspect de conflit entre Saturne, Uranus, Neptune ou Pluton avec le soleil ? Ce dernier étant central…
Merci pour vos articles !

Répondre
Tristan 8 décembre 2020 at 16 h 17 min

C’est le même fonctionnement. J’ai longtemps cru que les luminaires dérogeaient à la règle, mais en fait non. Il ne faut pas confondre la puissance de l’astre (Soleil, Lune) et leur prévalence. Par exemple, quand le Soleil est conjoint à Uranus, l’énergie vitale de l’étoile est canalisée par le besoin de liberté et de révolte d’Uranus et non l’inverse.

Répondre
Jacques 12 octobre 2020 at 11 h 00 min

Bonjour,

Merci de vous livrer. Cet exemple est important.

Même les sciences exactes avancent par crises. Les imageries rassurantes d’édifices intellectuels stables et figés sont des utopies scolaires. Un modèle ne se vérifie que dans un domaine limité.

Répondre
Jacques 12 octobre 2020 at 11 h 10 min

J’ajoute : notre réalité psychologique n’est elle pas formée par nos propres mythes fondateurs ?

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 49 min

C’est exact.

Répondre
Ln 11 octobre 2020 at 21 h 43 min

Article très inspiré! Je suis d’accord avec la préséance des poids planétaires sur toute autre référence culturelle ou ancestrale.

Très pratique cette guidance de suivre la pondération la plus lourde en natal et transits (ou la plus élevée qui remet l’ego à sa juste place). Ça m’a vraiment sortie de dilemmes récurrents, d’engrammes gravés dans le granit de famille, bien des souffrances et même amélioré ma santé.

Ça fonctionne très bien avec des carrés et dans les aspects dits mineurs (sesquicarrés, quinconces qui ne sont pas si mineurs en impacts dans la vie quotidienne).

De toute façon, Zeus en zoupant Chronos a foutu un bordel olympique dans l’ordre du monde J’ai Zeus-Jupiter en Bélier (conjoint Eris) en 5, carré aux noeuds…

Donc pour moi ce fut d’abord de laisser baisser le volume de Jupiter, puis de Saturne maître du noeud sud, pour mettre le genou à terre devant mon combo Uranus + Pluton maître du noeud nord.

Quand une situation se présente, je me demande devant quel assemblage je suis. Et comme Tristan, je vais vers le plus « lourd » même si ça dérange les planètes moins hautes en pratiquant cette acceptation.

Confortable? Non pas du tout. Puissamment évolutif. Sensation très spacieuse au final et alignement bien plus harmonique.

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 51 min

Merci Ln, j’aime beaucoup la dernière phrase « Confortable? Non pas du tout. Puissamment évolutif. Sensation très spacieuse au final et alignement bien plus harmonique. »

Répondre
Sandrine 10 octobre 2020 at 14 h 08 min

Bonjour Tristan,
Votre article fait écho à un questionnement que j’ai eu hier et je ne trouve pas la réponse sur le net.
Cela fait quelques années que je remarque qu’un nouveau cycle démarre pour moi à partir de novembre. Je cherchais la réponse dans les saisons (début de la saison hivernale?) et hier mon attention se porte sur le fait que je suis ascendant scorpion. Je ne connais que très peu l’astrologie, je sais que l’on étudie la révolution solaire à la date d’anniversaire mais finalement ne serait il pas plus juste que la « révolution solaire » trouve son point de démarrage à la conjonction du soleil à l’ascendant?

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 55 min

Vous y êtes presque, mais ce n’est lié que partiellement à la révolution solaire. En fait chez vous, le passage du Soleil en Scorpion sur votre ascendant vous fait chaque année renaître à vous-même, après une période de profond retrait et intériorisation de*ue au passage du Soleil en maison XII.

Répondre
Nathalie 10 octobre 2020 at 10 h 59 min

Ajoutons que l’interprétation est forcément colorée par notre propre thème, qui nous rend plus sensibles à telle ou telle lecture.
Cela fait plus de 35 ans que je fais de l’astrologie, et je reste encore perplexe : cela « fonctionne », assez précisément et subtilement ( si l’on n’est pas dans une interprétation bas de gamme genre « vous êtes très sensible, vous aimez le beau » où n’importe qui se reconnaîtrait), avec un langage symbolique largement issu de la mythologie greco romaine, et pourtant scientifiquement je ne vois pas comment cela tiendrait la route. Ceux qui ont nommé Uranus ou Pluton ne pensaient pas en astrologues ! Et pourtant un transit d’Uranus agit bien selon le langage symbolique attribué à l’astre. Mystère…Pluton a été relégué comme petite planète, d’autres ont des tailles plus notables et pourtant…

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 58 min

Oui toutes vos questions sont importantes. Le nommage des astres, la tailles des astres… Nous pouvons observer, nous ouvrir à des possibilités que nous n’envisagions pas et remettre en question nos idées préconçues. Peut-être faut-il trouver et utiliser le sens de Cérès, Eris, Sedna…

Répondre
Danielle Alexa 8 octobre 2020 at 14 h 08 min

Toujours aussi agréable de vous lire. Merci

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 58 min

Avec plaisir

Répondre
Francine 8 octobre 2020 at 8 h 23 min

A la fois , dense et limpide comme toujours. Merci beaucoup Tristan

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 59 min

Avec plaisir Francine

Répondre
claire 7 octobre 2020 at 22 h 29 min

Génial!

Répondre
Tristan 16 octobre 2020 at 19 h 59 min

Merci !

Répondre
ODETA 7 octobre 2020 at 17 h 32 min

Bonjour
j ai commencé l astrologie avec un professeur qui disait l astrologie se vit , qu’il était enrichissant d’ étudier son thème et surveillait les transits afin de comprendre ceux que vous l’on vitI
Il conseillait de surveiller pendant 7 ans nos transits et la progression de la lune afin d en connaitre différent aspect et les intégrer
j ai aimé ce conseil car il y avait la théorie et la pratique sur soi , l astrologie demande du temps pour l acquérir
j ai personnellement suivi plusieurs écoles certaines parlaient de la mythologie , d’autre de l astrolgie humaniste et transpersonnelle …
la connaissance de soi aide à ne pas dire des choses blessantes ou des jugements au personnes que l on reçoit cela me permet important
merci pour cet article
à très vite
amitié à tous
odeta

Répondre
angespere 7 octobre 2020 at 15 h 50 min

j’ai beaucoup aimé votre interprétation du système solaire en astrologie car j’ai la même (je pratique l’astrologie depuis plusieurs années). Votre échange m’invite à retourner lire la mythologie de Zeus et de Chronos, et peut-être donner un autre éclairage à mes interprétations et à mon propre thème (on n’a jamais fini d’évoluer) . La mythologie m’a parlé pour les astéroïdes.

je vérifie aussi mon astro par mon expérience et aussi par le vécu des personnes qui me demandent leur aide.
J’ apprécie énormément aussi votre interprétation des noeuds Lunaires, incroyablement justes….
Continuez à nous éclairer et à rester dans votre simplicité

Répondre

Laisser un commentaire

Avant de commenter ce contenu, vous êtes invité à prendre connaissance des règles de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

*

L'Astrologie Autrement