La pleine Lune du 19 octobre 2013

pleine-lune-du-19-octobre-2013 Il y a une "relative" accalmie dans l'énergie de la pleine Lune par rapport à il y a quinze jour. La tension est moins forte, même si une énergie de pleine Lune réserve souvent un surcroît d'agitation temporaire. Explications

L'accalmie vient du fait qu'il y a moins de tension directe entre les astres. Leurs énergies se frictionnent moins qu'il y a 15 jours, elles collaborent plus. L'équilibre est en faveur des aspects collaboratifs. Les aspects de conflits sont moins nombreux. Explications On peut ressentir l'accalmie dans le fait que la réactivité est moins violente, moins forte qu'il y a quelques semaines. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous sommes dans une période de détente et de légèreté.

C'est au contraire une période qui reste assez confuse sur plusieurs plans.
D'abord, l'énergie émotionnelle, celle des signes d'eau reste la plus importante. Cela donne une forte sensibilité aux émotions. L'énergie du Scorpion étant dominante nous vivons une période passionnée et passionnante ou règne une certaine confusion.
L'autorité est confuse et le cadre légal qui soutient cette autorité révèle ses faces cachées qui se dévoilent soudainement. On vit un moment où le la légitimité sur le plan familial ou sur le plan de nos lois protectrices soulèvent des voiles et fait émerger, les uns derrières les autres des problèmes et des questionnements, qui ont pour effet de déstabiliser l'autorité. Pour garder la face essaye de se montrer plus forte, ce qui provoque des réactions qui la déstabilise encore plus vite. Explications
L'actualité n'arrête pas d'évoquer des événements qui illustrent cette énergie. Une lycèenne interpellée pendant une sortie scolaire est reconduite dans son pays. Le monde politique devient confus, les étudiants manifestent. L'autorité du gouvernement est contestée pour son application autoritaire et inhumaine de la Loi.
Des maires saisissent le Conseil Constitutionnel pour valider leur refus d'appliquer la loi sur le mariage pour tous en évoquant un doit de conscience. Ils sont déboutés, leur autorité est remise en question. Dans ces cas l'autorité s'accroche et se fait secouer.
Il y a des cas où cela se passe bien : deux syndicats et la direction de PSA signent un accord qui prévoit le gel des salaires en échange de la préservation de l'emploi. Une loi de protection est adopté pour sauvegarder les intérêts communs. L'autorité syndicale e l'autorité de l'entreprise se sont remis en question pour revoir leur "loi" de protection collective.

L'autorité et la loi sont en interaction constante. C'est un effet de leur "bonne relation" du moment. Les positions d'autorité n'ont pas d'autres choix que de se remettre en question ou d'être remises en question par les questions de cadre légal de protection mutuelle.
Les positions autoritaires qui ne se remettent pas en question ne peuvent pas tenir dans l'énergie du moment. C'est une clé de la période que nous traversons depuis plusieurs semaines. Ces questions sont visibles à l'extérieur dans notre vie politique et sociale. Elle reflètent ces mêmes questions que nous avons à l'intérieur de nous-même à résoudre.

Quelle part de notre autorité devons nous remettre en question pour revoir notre cadre de protection mutuel ? Que faut-il changer dans tout cela?

Dans le même temps, le conflit de fond entre le besoin existentiel de liberté et la refonte des structures reprend de la force. Explications Le mouvement de révolte des lycéens en est une illustration. Les étudiants manifestent et se mettent en grève, ils veulent en découdre avec ces structures étatiques inhumaines qui privent une des leurs de la liberté de vivre en France. La remise en cause des structures alimente maintenant directement la remise en cause de l'autorité. Explications

La période que nous traversons collectivement nous demande de lâcher sur nos crispations craintives, sur nos croyances concernant notre besoin de stabilité. Nous devons en ce moment accepter d'être déstabilisé et remettre en question nos positions d'autorité. C'est la grande leçon du cycle collectif de 18 mois et demie que nous traversons. Nous sommes dans la dernière phase de ce cycle qui arrivera à son terme vers la fin février 2014. Accepter d'être déstabilisé est aujourd'hui essentiel. C'est l'évolution collective qui nous demande d'entrer dans cette énergie de transformation et de lâcher prise sur ce qui nous rassure ou nous rassurait. Explications

Plus on s'approche de la fin d'un cycle, plus l'énergie pousse à ce que nous réalisions ce qu'il propose. Si nous continuons à rejeter les déstabilisations, notre autorité et notre position sera elle-même déstabilisée, mis à mal par les événements de la vie. C'est comme si dans une tempête, nous restions accrochés à une branche pourrie. Plus on reste accroché longtemps, plus le vent souffle fort et plus on prend peur de lâcher la branche pourrie qui va finir par casser de toute façon. La branche pourrie, c'est notre ancien repère de stabilité. Il ne fonctionne plus, il faut le lâcher pour en trouver un autre. Quoiqu'il en soit et quelque soit nos croyances, c'est notre crispation qui risque de nous faire souffrir. Lâcher prise nous rendra plus souple, plus mobile.

Bonne quinzaine à tous et à dans 15 jours pour la Nouvelle Lune en Scorpion !

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

La pleine Lune du 19 octobre 2013 — 29 commentaires

  1. Bonjour Tristan et merci pour cette clarification qui illustre parfaitement ce que je constate en moi et autour de moi ( et particulièrement chez les jeunes enfants) depuis début octobre : Tensions, affrontements, émotions « à fleurs de larmes ». Quelque chose nous agit, nous soulève ,nous « tempête » et nous laisse ébahi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *