La pleine Lune du 19 octobre 2013

pleine-lune-du-19-octobre-2013 Il y a une « relative » accalmie dans l’énergie de la pleine Lune par rapport à il y a quinze jour. La tension est moins forte, même si une énergie de pleine Lune réserve souvent un surcroît d’agitation temporaire. Explications

L’accalmie vient du fait qu’il y a moins de tension directe entre les astres. Leurs énergies se frictionnent moins qu’il y a 15 jours, elles collaborent plus. L’équilibre est en faveur des aspects collaboratifs. Les aspects de conflits sont moins nombreux. Explications On peut ressentir l’accalmie dans le fait que la réactivité est moins violente, moins forte qu’il y a quelques semaines. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous sommes dans une période de détente et de légèreté.

C’est au contraire une période qui reste assez confuse sur plusieurs plans.
D’abord, l’énergie émotionnelle, celle des signes d’eau reste la plus importante. Cela donne une forte sensibilité aux émotions. L’énergie du Scorpion étant dominante nous vivons une période passionnée et passionnante ou règne une certaine confusion.
L’autorité est confuse et le cadre légal qui soutient cette autorité révèle ses faces cachées qui se dévoilent soudainement. On vit un moment où le la légitimité sur le plan familial ou sur le plan de nos lois protectrices soulèvent des voiles et fait émerger, les uns derrières les autres des problèmes et des questionnements, qui ont pour effet de déstabiliser l’autorité. Pour garder la face essaye de se montrer plus forte, ce qui provoque des réactions qui la déstabilise encore plus vite. Explications
L’actualité n’arrête pas d’évoquer des événements qui illustrent cette énergie. Une lycèenne interpellée pendant une sortie scolaire est reconduite dans son pays. Le monde politique devient confus, les étudiants manifestent. L’autorité du gouvernement est contestée pour son application autoritaire et inhumaine de la Loi.
Des maires saisissent le Conseil Constitutionnel pour valider leur refus d’appliquer la loi sur le mariage pour tous en évoquant un doit de conscience. Ils sont déboutés, leur autorité est remise en question. Dans ces cas l’autorité s’accroche et se fait secouer.
Il y a des cas où cela se passe bien : deux syndicats et la direction de PSA signent un accord qui prévoit le gel des salaires en échange de la préservation de l’emploi. Une loi de protection est adopté pour sauvegarder les intérêts communs. L’autorité syndicale e l’autorité de l’entreprise se sont remis en question pour revoir leur « loi » de protection collective.

L’autorité et la loi sont en interaction constante. C’est un effet de leur « bonne relation » du moment. Les positions d’autorité n’ont pas d’autres choix que de se remettre en question ou d’être remises en question par les questions de cadre légal de protection mutuelle.
Les positions autoritaires qui ne se remettent pas en question ne peuvent pas tenir dans l’énergie du moment. C’est une clé de la période que nous traversons depuis plusieurs semaines. Ces questions sont visibles à l’extérieur dans notre vie politique et sociale. Elle reflètent ces mêmes questions que nous avons à l’intérieur de nous-même à résoudre.

Quelle part de notre autorité devons nous remettre en question pour revoir notre cadre de protection mutuel ? Que faut-il changer dans tout cela?

Dans le même temps, le conflit de fond entre le besoin existentiel de liberté et la refonte des structures reprend de la force. Explications Le mouvement de révolte des lycéens en est une illustration. Les étudiants manifestent et se mettent en grève, ils veulent en découdre avec ces structures étatiques inhumaines qui privent une des leurs de la liberté de vivre en France. La remise en cause des structures alimente maintenant directement la remise en cause de l’autorité. Explications

La période que nous traversons collectivement nous demande de lâcher sur nos crispations craintives, sur nos croyances concernant notre besoin de stabilité. Nous devons en ce moment accepter d’être déstabilisé et remettre en question nos positions d’autorité. C’est la grande leçon du cycle collectif de 18 mois et demie que nous traversons. Nous sommes dans la dernière phase de ce cycle qui arrivera à son terme vers la fin février 2014. Accepter d’être déstabilisé est aujourd’hui essentiel. C’est l’évolution collective qui nous demande d’entrer dans cette énergie de transformation et de lâcher prise sur ce qui nous rassure ou nous rassurait. Explications

Plus on s’approche de la fin d’un cycle, plus l’énergie pousse à ce que nous réalisions ce qu’il propose. Si nous continuons à rejeter les déstabilisations, notre autorité et notre position sera elle-même déstabilisée, mis à mal par les événements de la vie. C’est comme si dans une tempête, nous restions accrochés à une branche pourrie. Plus on reste accroché longtemps, plus le vent souffle fort et plus on prend peur de lâcher la branche pourrie qui va finir par casser de toute façon. La branche pourrie, c’est notre ancien repère de stabilité. Il ne fonctionne plus, il faut le lâcher pour en trouver un autre. Quoiqu’il en soit et quelque soit nos croyances, c’est notre crispation qui risque de nous faire souffrir. Lâcher prise nous rendra plus souple, plus mobile.

Bonne quinzaine à tous et à dans 15 jours pour la Nouvelle Lune en Scorpion !

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

La pleine Lune du 19 octobre 2013 — 29 commentaires

  1. Bonjour Tristan et merci pour cette clarification qui illustre parfaitement ce que je constate en moi et autour de moi ( et particulièrement chez les jeunes enfants) depuis début octobre : Tensions, affrontements, émotions « à fleurs de larmes ». Quelque chose nous agit, nous soulève ,nous « tempête » et nous laisse ébahi…

  2. lâcher prise, ça me parle, accepter la déstabilisation, lâcher la branche pourrie, il en existe toujours une dans nos vies qu’on planque parfois sous le tapis, et ben on y est….

  3. Merci Tristan…très juste,comme souvent..et oui accepter de lacher prise, accepter la vie tel quel vient…sans controle,dans une confiance totale.. là est le secret de la paix intèrieure meme si c est pas toujours simple dans le climat cyclonique actuelle..parcontre je ne comprends pas bien ta phrase « remettre en question nos positions d autoritè »..?..peux tu m eclairer stp..beau pas-sage a tous et bises du coeur..

  4. Cher ami,
    J’habite Madrid et c’est la première fois que je vous contacte. J’ai une curiosité: je viens de lire quelque part que lorsqu’on met sécher le linge dehors les nuits de pleine lune il devient plus blanc que d’habitude. Est-ce que vous savez quelque chose à ce propos. Sincères salutations

  5. Merci Tristan,
    Je partage ton message, nul ne peut contester que nous vivons une époque en pleine mutation à tous les niveaux, çà bouge de partout, dans nos vies personnelles, professionnelles, et aux niveaux politiques, çà brasse, les repères, valeurs,les scandales de toutes sortes, tout est mis au grand jour, cela est formidable pour nous réveiller …..Bien sûr çà fait peur, plein de choses nous échappent, çà ne fonctionne plus comme avant.et il faut admettre que toutes les nations de cette planète bougent aussi,les peuples qui ne peuvent plus supporter l’insupportable, tous les désordres environnementaux, tout est lié. Commencez par accepter ce qui est et vouloir nous transformer individuellement avec beaucoup d’attentions et surtout sans culpabilité pour construire nos nouvelles vies sur de nouvelles bases, cela demande du Temps…. mais l’aventure est passionnante et tellement créative, seulement çà commence par SOI, l’autre c’est l’autre,sinon s’accrocher à nos croyances, résistances diverses, nous risquons en effet de souffrir longtemps, alors que décidons-nous? Avons nous le Choix?
    Pour me référer au Taoïsme, un grand maître dit qu’il nous faut quelque soient les circonstances être comme le Roseau…
    Bonne chance à tous,
    Marie-Christine

    • Bonsoir Marie-Christine,
      Le choix que nous avons toujours, la nature profonde du libre arbitre, c’est le choix d’être affecté intérieurement ou non par ce que nous vivons. Allons-nous être triste, en colère, ou accepter ce qui se passe? Accepter n’est pas être résigné, mais accepter la situation pour être en capacité de la vivre avec toute notre énergie sans la gaspiller à lutter contre ce qui est.

  6. Bonjour Tristan et merci pour cette interprétation magistrale! je voudrais poser une question qu’a soulevé (pour moi) cette explication: « Jupiter en Cancer, le cadre légal dans la protection est conjoint à la Lune Noire qui tend à faire émerger des questions cachées. Les deux font un trigone, une relation de stimulation, avec Saturne en Scorpion : l’autorité déstabilisée et remis en cause. »
    Est ce que cela signifie, de façon générale en astrologie q’un aspect de détente entre deux positions « négatives » renforce les problèmes posées par ces positions? Par exemple, venus en scorpion en trigone à mars en cancer vont elles se stimuler recisproquent dans une sorte d’inconfort, étant donné qu’elles ne sont pas « chez elles »?
    Merci pour ces articles qui au delà du ciel du moment font avancer ma connaissance en astrologie.

  7. Et je précise que ma décision de changement radical est prise même si je sais que cela ne sera pas forcément facile et que mon entourage va chercher, et cherche déjà à m’en dissuader..(quitter la fonction publique pour faire autre chose dans un période de crise est souvent perçu comme très risqué).
    Mais si je ne le fais pas, je sais que je le paierai de ma santé…donc cela vaut peut-être le coup d’accepter une situation financière temporairement difficile si c’est pour se sentir plus en accord avec soi à travers un nouvel équilibre de vie ensuite.
    Je ne sais pas si cela illustre les énergies du moment, mais pour le coup, ce que vous décrivez est vécu très concrètement chez moi et de façon marquante comme une étape de vie décisive (même si par moment, j’ai qques angoisses)

    • Bonjour Catherine,
      Merci d’avoir témoigner de ce que vous vivez en ce moment. Le moment que vous vivez est très privilégié dans une vie. Même s’il génère de la souffrance émotionnelle, il crée une vulnérabilité et une fragilité qui font tomber les résistances. C’est un moment de vérité. Garder cette énergie en vous elle vous aidera à trouver votre voie. Merci encore d’avoir témoigner.

      • Merci beaucoup Tristan pour votre message, cela soutient émotionnellement
        de se sentir compris.
        Bien à vous et merci encore pour votre « bulletin lunaire » bi-mensuelle.
        Cela aide à se sentir moins isolé quand on réalise que ce que l’on vit
        individuellement est en phase avec les énergies célestes.

    • Bonsoir Catherine
      Cela fait maintenant 1 an que je suis installée à mon compte (auto-entrepreneur)en Aveyron. Mais avant…j’avais osé quitter la FPH (fonction publique hospitalière)fin 2009 au bout de 24 ans de métier, à la consternation de mon environnement, pour ouvrir mon 1er cabinet de shiatsu. Et en 2012 j’ai tout « largué »: les cdd car j’avais repris mon ancien travail d’aide-soignante, la région où je vivais. Aujourd’hui je travaille dans mon cabinet en Aveyron où je pratique ma passion(réflexologie, shiatsu)comme je l’ai toujours rêvé. Ce n’est pas tous les jours facile financièrement, mais cette liberté et la joie que j’ai de vivre, enfin, selon mes aspirations vaut tous les sacrifices. L’Inconnu est se qu’on en fait. C’est nous qui tenons la barre de nos choix et décisions pas les autres. Belle soirée à vous

  8. Pour moi le lâcher prise, c’est mettre en place des choses, avec enthousiasme et passion, et peu importe le résultat: on a fait ce qu’on a pu et il est arrivé ce qu’il devait arriver. On n’est déstabilisé que quand on s’est identifié à un résultat possible qui nous échappe et qu’on s’obstine à poursuivre des missions impossibles. Notre façon des vivre les transits de Pluton montrent bien cela: Le vivre dans le lâcher prise nous transforme pour sortir le meilleur de nous, résister peut nous broyer.

  9. Et je précise que ma décision de changement radical est prise même si je sais que cela ne sera pas forcément facile et que mon entourage va chercher, et cherche déjà à m’en dissuader..(quitter la fonction publique pour faire autre chose dans un période de crise est souvent perçu comme très risqué).
    Mais si je ne le fais pas, je sais que je le paierai de ma santé…donc cela vaut peut-être le coup d’accepter une situation financière temporairement difficile si c’est pour se sentir plus en accord avec soi à travers un nouvel équilibre de vie ensuite.

  10. J’ai craqué au boulot il y a de cela 3 semaines…cela faisait déjà au moins deux ans que des signes de souffrance étaient perceptibles.
    Je suis en arrêt, pour combien de temps ? je n’en sais rien car mon corps me fait souffrir de partout..reflet du malaise mental…mais j’ai pris une grande décision…je vais tout lâcher pour aller vers une autre activité qui
    correspond mieux à mon vrai moi..je ne sais pas encore comment..j’attends pour cela d’aller mieux…mais en tout cas je sens a nécessité de lâcher « la branche pourrie » ou disons les repères actuels pour aller vers autre chose.
    A ce titre, chez moi, le sextile d’Uranus à mon amas soleil-ascendant et mars en verseau participe sûrement de ce mouvement d’émancipation, en plus des énergies de la lune que vous décrivez.
    Merci en tout cas de nous éclairer sur les énergies en action, votre ressenti est souvent juste.

    • Bonjour,

      Je me permets de vous répondre pour vous dire que votre corps vient de vous envoyer un message; alors écoutez le. Et ne vous inquiétez pas, car si vous êtes sur le bon chemin, les choses se présenterons à vous.

      Si sur une proposition d’une nouvelle orientation, vous réfléchissez trop et que mental prend trop de place, c’est que ce n’est pas la bonne orientation…et si les propositions arrivent et quelles vous procure une paix intérieure.

      Cette pleine lune à marquée un passage: fin d’un cycle et renouveau….et vous venez de le vivre;

      Bon courage pour la suite

      Marie H.

      • Merci à vous pour ce message de soutien…effectivement, mon corps m’a donné un signal d’alarme fort sur ce que jusqu’à présent je refusais de voir…il y a un an déjà, j’ai écrit un recueil de texte au titre précurseur :  » Les yeux ouverts  » …j’ignorais qu’il augurait d’une prise de conscience aussi importante ensuite…depuis que j’ai pris la décision de stopper cette vie professionnelle qui n’est plus conforme à mes aspirations…certaines énergies viennent à moi…un ami peintre retrouvé « par hasard » tient a m’initier à la peinture..il m’a déjà apporter le matériel pour commencer à peindre…j’ai repris le tango…et je croise des personnes qui ont ce même intérêt…une ouverture de mon potentiel créatif se fait progressivement…et cela me fait du bien…je me laisse guider par la vie et par mes intuitions profondes.
        Encore merci à vous.

  11. Cet article a au moins le mérite de me faire comprendre pourquoi d’une manière générale la NL m’énerve plus que la PL.
    Les énergies se frictionnent plus !
    Sinon je rejoins Tharinices, pourquoi lâcher prise systématiquement à tout, dont une loi inique….passée par la force, contre la volonté générale ! N’est ce pas de la lâcheté, un renoncement?
    Mais rassurons nous… après la PL, il y aura une AUTRE NL :biggrin:

  12. merci Tristan toujours très éclairant et puis accepter le lâcher prise l’automme nous l’enseigne …. imaginons des feuilles se cramponnant à leurs couleurs vertes et refusant de monter « en couleur » pour pouvoir après se mettre au sol ….. oui etre dans le mouvement de la vie …. accueillir et accueillir aussi les crispations et y aller …..

  13. AU final c’est toujours la même chose  » lâcher prise ». Mais alors que reste t-il du droit à la liberté de penser. Je lâche prise car la branche est pourrie ? QUi peut l’affirmer ? Je pense que le droit de conscience ne s’applique pas que pour les maires , mais pour chaque humain. Venir en immigrés et ne pas se plier aux lois du pays = ses lois sont pourries je le sais, je vais donc imposer ceci ou cela. Facile de culpabiliser toute un collectif qui semble ne vivre que de « sensiblerie » et ne dire qu’une partie de la totale vérité. Le cas de la gamine n’est que la goutte d’eau qui fait déborder le miasme actuel du pas clair de la politique. La loi exacte aurait dut être que les parents auraient du être là et de dire à leur fille : nous sommes expulsées toi que veux-tu ?
    Soudain le droit de laisser son enfant dans un pays qui l’accueille à l’école devra donc construire des foyers car la gamine (aujourd’hui) demain les gamins et gamines) voudront eux rester en France car les écoles sont comme les églises des lieux « saints » !!! Dans quelques années ses jeunes diront combien l’absence de leurs parents les à faits souffrir. Les lois sont tout de même bizarre. Lâcher prise oui, dans bien des cas, mais à présent cela devient un prétexte à tout. Je comprends petit pas et la solution ne semble pas encore poindre de ce remue-ménage.

    • Qui peut affirmer que la branche est pourrie? Je crois que nous avons tous observé cela chez les autres. Un ami ou une amie qui se plaint de sa vie de couple qui va très mal et qui refuse d’envisager quitter son conjoint. Un proche qui est malheureux au travail, exploité, maltraité, mais qui ne dit rien et ne veut pas se défendre contre des abus par peur de perdre son job…
      Nous savons très bien identifier les branches pourries auxquelles les autres s’accrochent. Nous savons très bien ce que lâcher prise signifie pour les autres. « Quitte ton mari », « Mets ton patron aux prud’homme ». La difficulté c’est de le faire pour nous même. De le voir.

  14. Accepter d’être déstabilisé c’est accepter la défaite, la perte en quelques sorte.
    Trouver un autre point de repère d’accord, mais à quoi ça sert si ça semble frêle et destructeur. Je vois mal l’évolution collective futur. et il y a cette peur de se perdre si on lâche prise bien que ça semble apaisant. c’est déjà rassurant de croire qu’il s’agit d’un fin de cycle..!
    Merci pour l’article

    • C’est accepter la perte de quelque chose. Oui. La défaite oui aussi dans une certaine mesure si vous avez lutter longtemps pour le garder. Comme les ouvriers de Psa, ils ont lutté pour leurs augmentations annuelles et ils acceptent aujourd’hui le gel des salaires. Mais ils se sauvent en même temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*