Astrologie et voyance

On me demandait récemment s'il y a « des ponts et comment cela fonctionne entre le travail d'astrologie que je fais et celui de voyance de Marie-Lore. »

Plutôt que de répondre sur nos cas particuliers, j’ai eu envie de saisir cette occasion pour parler plus largement de la relation entre voyance et astrologie. Dans la presse et les publicités des sociétés commerciales, voyants et astrologues sont allègrement mélangés et indifférenciés. On y entretient une confusion pour dénigrer l’ensemble. Quand on discute avec des personnes intéressées, on découvre souvent, au contraire, une volonté farouche de ne pas se mélanger. Les voyants et les astrologues se regardent souvent de travers et avec une attitude suspicieuse les uns envers les autres. Un excès inverse. Les uns entretiennent la confusion, les autres la séparation. Comment s’y retrouver ?

Personnages et ciel étoiléCe qui est amusant dans ce débat, c’est que l’histoire de l’astrologie ne peut pas faire l’économie de considérer qu’il y a nombre de mystères quand à la découvertes des astres, de l’antiquité jusqu’à nos jours, qui ne peuvent s’expliquer sans accepter fondamentalement qu’une intuition et une inspiration profonde, digne des plus grands voyants, ont guidé les astronomes et les astrologues.

Songeons à ceci :

  • Les antiques attribuent à Jupiter le don d’expansion et le nom de leur plus grande divinité sans avoir aucun moyen de mesure leur permettant de savoir que l’astre est la plus grande planète du système solaire.
  • Plus près de nous on attribue à Uranus découverte le 13 mars 1781 les qualités d’originalité, d’inventivité, de libération et de révolte. En 1789 la révolution française éclate et on découvrit beaucoup plus tard qu’Uranus était une planète très originale puisqu’elle avait un axe incliné à 90°.
  • Neptune, est observée par l’astronome allemand Galle en 1846 suite aux calculs des astronomes Le Verrier en France et Adams en Grande Bretagne. Les astrologues attribuent à Neptune les vertus de dissolution de l’ego et de diffusion des idées sociales. En 1848 éclate la deuxième révolution française qui consacrera cette fois la naissance des mouvements de masses sociales, bien plus que la révolution de 1789 qui avait consacré la libération du joug monarchique par la bourgeoisie libérale.
  • Enfin Pluton a qui on attribue les vertus en astrologie de destruction profonde est découverte en 1930, dix ans avant le plutonium qui servira à construire les bombes nucléaires de la deuxième guerre mondiale.

Hasard ? A chacun de se faire une opinion. Pour Uranus, Neptune et Pluton, leurs découvreurs ont voulu à chaque fois leur attribuer un autre nom que celui que nous leur connaissons aujourd'hui. Mais quelque chose a été plus fort que leur envie. Comme si ces trois planètes devaient porter un autre nom, comme pour marquer leur appartenance et leur lien à un ordre précis des choses.

- Uranus dieu du ciel au caractère imprévisible porte bien l’idée de liberté,

- Neptune dieu des mers et des océans ne reflète-t-il pas merveilleusement l’idée sociale et d’indifférenciation des masses.

- Et Pluton, dieu des enfers, n’était-il pas parfaitement nommé pour illustrer cette énergie de destruction si puissante ?

Qu’on le veuille ou nom l’histoire des astres transporte un symbolisme puissant en phase avec l’histoire de l’humanité.

Il paraît difficile de croire que cette synchronicité entre découverte, événements et symbolisme soit l’œuvre du pur hasard. Et il semblerait étrange de penser que nos astrologues antiques et modernes n’aient pas reçu une forme d’inspiration et d’intuition puissante pour attribuer aux astres des qualités symboliques aussi précises, justes et adaptées.

Si découvrir et calculer la position d’un astre relève d’une science astronomique, ressentir et attribuer aux astres des qualités relève d’une forme de voyance, d’intuition, de médiumnité, de connexion avec une source de savoir éthérique.

Vouloir séparer astrologie et voyance dans leur essence, c’est comme vouloir rouler avec une voiture sans y rajouter du carburant. Cela ne mène pas loin, même avec un gros plein. L’astrologie, en se basant sur un système complexe, ne peut pas ignorer sa connexion intime avec le monde des sphères.

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

Astrologie et voyance — 5 commentaires

  1. C’est passionnant !
    Cela me donne envie de m’intéresser à l’histoire de l’astronomie, du moins à celle des découverte des planètes.
    Lors de mes études en histoire de l’art je n’avais pas trop le temps de me pencher précisément sur les religions antiques malgré qu’un mystère restait en suspend : pourquoi Pluton, dieu et planète, a été associé au monde soutérain, pourquoi Venus, déesse et planète, à la beauté, amour, pourquoi Mars… etc, etc. Besoin bien naturel de ressentir, de s’approprier à hauteur d’humain le monde visible mais lointain, méconnus, les phénomènes naturels non encore connus de manière scientifique (en caractérisant, en y associant des symboles, en y colant des valeurs, émotions, vertus, qualités, affects humains), certes, mais je me sui souvent dit que non seulement leur nom (dénomination) allait parfaitement bien aux notions qu’ils véhiculaient, comme si c’était réellement leur essence qui prenait forme par ces noms et notions caractéristiques, mais qu’en plus, ces notions leur sont restées associées encore aujourd’hui…! (Et la mythologie gréco-latine regorge de symboles toujours très porteurs de sens aujourd’hui). Evidemment, cette lecture du monde est culturelle, elle a été transmise, véhiculée, c’est ancré. Mais effectivement, on croit ressentir qu’il ne s’agit pas que d’héritage culturel (Culture ? Nature ?).

    Deuxième pensée vague : Une insurrection n’arrive pas du jour au lendemain, il y a des prémices, un état pré-insurectionnel. Pour une guerre, c’est idem. Ainsi, et si… des astronomes, parce que portés, malgré eux, inconsciemment, par ressenti non réellement formulés, par l’énergie ambiante avaient découvert ces planètes (Uranus, Neptune, Pluton) parce que c’était le moment de les découvrir, l’énergie du moment en quelque sorte ? Une sorte d’accord, de mouvement, humain / humain et humain / environnement, qui fait qu’on va vers quoi on ressent intuitivement, qu’on découvre ce qu’il est ‘logique’ de découvrir à tel moment… J’ai du mal à formuler… En deux mots : rien n’est anodin.
    Quelle planète, ou quoi dans le ciel, avons-nous découvert ces dernières années ?

    Cela dit, pour Jupiter, je ne réussis pas à faire coller cette pensée vague présentée ci-dessus. Et cela dit encore, pour Uranus, Neptune et Pluton, c’est tout de même une vision française, européenne, tout du mois occidentale, de l’histoire. D’autres choses se passaient dans le monde sur d’autres continents et dans d’autres cultures aux 18e, 19e et début du 20e siècle. Mais, si j’en reviens à ma pensée vague et essaie de suivre sa ‘logique’ : est-ce que se sont des européens qui ont découvert ces planètes ?

    Bref, merci pour ce petit vertige à l’idée du monde par le biais de cet article.

  2. J’ai commencé à m’intéresser à l’astrologie depuis que je suis tombé sur des articles très intéressant au sujet de Chiron. Etant moi même voyante, je me sens concerné par votre article même si je n’arrive pas à encore à appliquer mes dons sur ce thème. Mais j’apprécie énormément de lire vos articles sur ce sujet, je continue à apprendre beaucoup de choses grâce à vous. Merci 😉

    • Merci Céline, l’astrologie est la voyance est un mariage sont mal compris. La plupart des gens les mélange sans comprendre ce qu’ils sont l’un et l’autre. Si vous voulez approfondir l’astrologie, je donne des cours. Bonne journée

  3. Bonjour,
    Je me reconnais dans cet article, bien que ces deux domaines soient distincts, je ne conçois pas l’un sans l’autre. Ce n’est bien sûr qu’un avis perso. Je connais de très bons astrologues qui n’ont pas un gramme de don de voyance et inversement des voyants qui ne sauraient ni construire ni interpréter un thème de naissance.
    Lorsque je consulte pour un thème astral, je ne peux m’empêcher de compléter par un tirage du tarot, et le pendule suivant la question posée. Pour confirmer, compléter un « diagnostic ». Certains me diront que les deux domaines sont différents, oui je confirme, mais ils se complètent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *