Que nourrissons-nous ?

Il y a quelques mois lors du Brexit, j'avais commencé à écrire un texte que je n'avais pas publié faute de temps. Je l'ai relu et je me suis dit qu'il restait d'actualité. Le voici avec un petit commentaire.

Cette nuit je me suis couché tard, et ce matin je me suis levé d'une humeur étrange. Je l'ai attribuée à un manque de sommeil. Mais en fait non, j'ai eu le temps de sommeil qu'il me fallait. J'étais juste d'une humeur à regarder le verre à moitié vide, sans comprendre pourquoi. Objectivement dans ma vie personnelle, rien ne le justifiait. J'ai compris ce qui se passait un peu plus tard pendant un court trajet en voiture.
Mon premier rendez-vous aujourd'hui était une personne qui est arrivée prise d'une angoisse qu'elle ne comprenait pas. Je lui demandais si quelque chose le justifiait dans sa vie.
- "Non, rien. Pas plus ni moins hier qu'aujourd'hui."
- "Alors si cela ne vient pas de votre vie, cela vient d'ailleurs. Qu'est-ce qui se passe dehors aujourd'hui ?"
- "..."
Elle ne voyait pas le sens de ma question.
Je lui racontais que j'avais compris mon état ce matin en écoutant brièvement la radio dans mon trajet en voiture. Des chroniqueurs et autres experts paniqués étaient en train de s'affoler autour des effets du brexit anglais, le CAC 40 reculerait de 8%, Peugeot de 15%, c'est un crack boursier... Ahhhhh au secours tout le monde s'affole.
Une énergie de panique et d'angoisse vient de secouer le monde à l'idée que le système financier s'écroule. Et nous voilà tous atteints comme si des mange-morts avaient recouvert la planète.
- "Ah oui, me dit-elle, j'ai entendu cela ce matin aussi. Je n'écoute jamais les nouvelles, mais ce matin j'ai allumé la radio."
Belle intuition d'une personne sensible. Donc elle a reçu l'information de ce qui plombe l'ambiance. Mais elle reste dedans. Je lui demande :
- "Alors maintenant que vous savez ce qui plombe l'ambiance, que vous savez quelle énergie vous a affectée ce matin, pouvez-vous choisir de ne pas vous relier à cela ?"
- "C'est difficile, c'est ce qui se passe dans le monde, je suis concernée par cela, me couper de cela reviendrait à ignorer ce qui se passe dans le monde".
- "Dans le monde, il y a de la violence, des guerres et de la torture. On le sait. Faut-il se relier émotionnellement à toute cette souffrance parce que cela nous concerne ?"

Les émotions auxquelles nous choisissons de nous relier créent la réalité du monde que nous créons. Si nous nous relions à la souffrance, à la peur, à la panique d'un point de vue émotionnel, c'est à dire sans un détachement qui fait que nous pouvons observer cela dans le calme et la sérénité, sans y prendre part, alors nous nourrissons la peur, la souffrance et la panique dans le monde. C'est comme si nous nourrissions un sanglier en colère. C'est exactement pareil. Lorsque nous nous relions à l'angoisse, la peur, la violence, la souffrance sans distance, nous sommes dans l'émotion et l'amplifions.

Ne pas se relier à cette émotion ne veut pas dire qu'on l'ignore. Cela veut dire qu'on n'entre pas en résonance avec elle, que l'on conserve un état serein, que l'on reste maître de notre état. Parfois notre empathie nous fait croire qu'il est moral de nous relier aux émotions. Ce n'est pas le cas. On peut aimer sans vivre la peur des autres. Et cela est un choix individuel.

Voilà ce petit texte que je n'avais pas publié. Je le publie aujourd'hui parce que je me rends compte que je suis très souvent pris par l'inquiétude et l'excitation de l'énergie ambiante. La peur des guerres, de l'avenir et le climat étrange de cette élection me perturbent souvent. Je médite tous les jours 20 minutes pour retrouver un état d'être serein qui m'appartienne. Cela ne me protège pas d'être à nouveau attiré par des énergies pas très agréables dans la journée, mais cela me permet de me recentrer dès que j'en ressens le besoin. J'ai débuté avec une application toute simple qui s'appelle Petit Bambou. Je n'ai pas d'action dans leur business, mais je la recommande à ceux qui ont envie de se recentrer en ce moment. Sinon, il y a la nature. Gratis et pleine d'amour pour nous. Bonne méditation !

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

Que nourrissons-nous ? — 21 commentaires

  1. Bonjour,
    je pense que nous sommes dans cette vie pour réaliser notre destin.
    Quand j’ai trouvé ce pourquoi je suis là, je me concentre sur le but à atteindre et je trouve une grande force qui me permet d’avancer et de la compassion pour tous ceux qui continuent à se chercher.
    Au-delà de la souffrance il y a la compréhension de la souffrance.
    Carpe Diem

  2. C’est facile de se laisser piéger
    Par tout ce négatif
    Le mot d’ordre est « vigilance »
    À chaque instant
    Pour ne pas glisser vers le bas …
    S’entourer d’un cercle de lumière
    Et oui continuer de méditer
    Être conscient est important
    Sans se laisser « emprisonné
    Dans de mauvaises vibrations
    C’est le « dharma » du quotidien
    Un yoga du mental
    Nécessaire pour ne pas perdre de vue
    La raison pour laquelle nous sommes ici sur terre…

    Bonne respiration à tout le monde

  3. Plus ces temps « puent » (attentats, bouleversements societaux, instabilité politique, perte des repères etc) plus je me trouve également comme polluée par des signes trop nombreux ( ex : je lis sur tablette et je me farcis forcément des pubs crétines même sur la page de ma bibliothèque, aucun espace Web ne me semble neutre, non pollué d’information non désirées) plus j’ai besoin de nature, plus je m’émerveille d’un brin d’herbe poussé dans une faille du trottoir, plus j’éprouve le besoin de toucher un arbre, sentir sa force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*