Le Taureau

La signification traditionnelle

Le Taureau est un signe de terre. Les signes de terre portent l’énergie de la MATÉRIALISATION.
Le Taureau est le premier des trois signes de terre. Les premiers signes d’un élément (feu, terre, air, eau) sont des signes qui marquent l’INITIATION de l’énergie de l’élément.
Le signe du Taureau est considéré comme un signe « Féminin ». Cette notion de féminin est à comprendre au sens du Yin de la culture orientales. Cela signifie que le Taureau est une énergie qui REÇOIT, plus qu’elle ne projette.

Ces trois composantes, INITIATION / MATÉRIALISATION / RÉCEPTION donnent aux natifs du Taureau une énergie passive et fortement inclinée dans la matière. L’énergie du Taureau à une tendance à se densifier. La matérialisation est une densification de l’énergie dans des vibrations plus basses. Cette forme de densification qui ralentit la vibration porte avec elle une forme de calme, de lenteur, de ralentissement. Dans son côté positif, c’est le calme et l’aspect pacifique que dégage l’énergie du Taureau.

Il y a chez les Taureaux une ambiguïté entre leur énergie initiatrice qui les incline à expérimenter, à aller vers, à désirer cet ancrage matériel et en même temps le côté féminin de leur signe qui fait qu’ils ne passent pas à l’action pour atteindre leurs buts, qu’ils restent dans une forme de réceptivité, qu’ils attendent que cela arrive sans forcément aller de l’avant pour atteindre leurs buts.
L’énergie d’initiation dans la matière incline à s’enraciner, à mettre des ancrages forts. Faire bouger un Taureau est difficile, car plus vous le secouez, plus il transforme l’énergie que vous lui transmettez pour s’ancrer fort. C’est comme un arbre qui renforcerait ces racines à mesure qu’on le secoue. Ce signe transforme l’énergie qu’il reçoit en la densifiant dans la matière ce qui lui confère un grand pouvoir d’inertie. D’où le côté têtu et borné que l’on reconnait aux Taureaux.
Cette même qualité leur permet également d’apaiser les tourments et les troubles. Ce sont les deux revers de la même médaille. Inertie ou pacification.

Traditionnellement, le signe du Taureau est associé à Vénus qui est considéré comme l’astre ayant le plus d’affinité avec le signe. Cette indication signifie que pour bien comprendre un Taureau, il sera aussi important d’étudier finement la position de Vénus  dans son thème. Vénus est l’énergie de nos sens, de notre sensibilité, de notre sensualité. L’énergie de Vénus nous aide à nous établir dans le beau, le bon et le bien selon notre sensibilité. C’est cette énergie de constitution de nos valeurs personnelles qui est associées au processus du Taureau. À travers le Taureau Vénus ancré ses valeurs dans la matière et développe une sensualité matérialisée et visible.

Le processus du Taureau

1- La croyance du Taureau.

Là où on a le Taureau, on a la croyance que le changement est négatif, que les choses, les gens qui nous entourent devraient être d’une certaine manière et ne pas en changer, ne pas connaitre de variations, un jour blanc, le lendemain noir. Là où on a le Taureau on a la croyance que les variations et les changements sont des perturbations nocives, que la vertu réside dans la permanence. Là où on a le Taureau, notre croyance est que les choses, les gens, ne devraient pas montrer autant de visages différents. Là où on a le Taureau on a la croyance que l’absence de changement est source de bonheur et que les changements amènent avec eux leur lot de malheur.

2 – Comment on agit du fait de sa croyance.

Là où on a le Taureau on poursuit sa vie sans se poser de questions et sans vouloir envisager les choses autrement qu’elles ne sont. On a même du mal à imaginer créer des choses nouvelles. On du mal à envisager du mouvement de la créativité et du changement. Là ou on a le Taureau on rechigne par-dessus tout à mener des batailles ou des chantiers qui refondraient nos bases. Si on doit mener des actions transformatrices on y va à reculon. Si ce sont les gens autour de nous qui changent, on est déstabilisé et on craint le mouvement. Alors on résiste et finalement on ne change rien ou pas grand-chose à sa situation. On a utilisé l’essentiel de notre énergie à lutter contre notre inertie et il n’en est pas resté suffisamment pour permettre un vrai changement. Du fait de cette croyance, là où on a le Taureau on résiste aux changements radicaux, autant qu’on les refuse aux autres.

3 – Ce que l’on reçoit du fait de sa croyance.

Là où on a le Taureau, on désirait avant tout la tranquillité, éviter les drames, poser des bases. Et ce désir s’est transformé en une inertie et en une forme de résistance à nos envies de changement et à celles de notre environnement. Dans ce monde devenu, trop stable, on commence à ressentir l’ennui, l’absence de la substance de la vie. Là où on a le Taureau on est immobilisé par la vie, on reçoit des résistances importantes, les choses sont lentes à bouger et à se mettre en œuvre. Du coup, on a le sentiment qu’il nous manque quelque chose, que quelque chose perturbe encore notre tranquillité, que les bases ne sont pas assez solidement posées.

4 – Comment on résiste tant bien que mal

La où on a le Taureau, on est assez incapable de concevoir un fonctionnement différent du nôtre, une idée novatrice. Là où on a le Taureau, on a passé tellement d’années à donner le change à tout le monde en adoptant une position invariablement identique, à rester égal à nous-mêmes, que l’on est effrayé par les conséquences possibles d’un changement d’attitude ou de position, sur nous et notre environnement. Alors malgré tous les désagréments des situations qui ne nous plaisent pas, on rumine en profondeur notre insatisfaction sans rien y changer. Et la vie se vide de plus en plus de sa substance, on se sent de plus en plus décalé entre ce que l’on voudrait voir se manifester et ce que l’on crée ou ne crée pas.

5 – Comment la vie l’aide à évoluer

Là où on a le Taureau, on finit par avoir le sentiment d’être bloqué de toute part pris au piège comme un rat dans une cage. On est coincé dans cette énergie d’immobilisme qui donne le sentiment que l’on évolue dans un scaphandre qui manque d’air. Les pieds de plomb et le manque d’air font monter une colère qui devient si forte qu’un jour ou l’autre elle finit par sortir et saute à la figure de tout le monde, au moment où on s’y attend le moins. C’est une colère soudaine qui se libère d’un coup comme une bombe à retardement dont personne n’avait programmé l’heure de l’explosion, mais saute à la surprise de tout le monde.

6 – Ce que le processus crée

Là où on a le Taureau, notre colère a éclaté en faisant l’effet d’une bombe nucléaire sur notre entourage. Avec elle l’explosion a apporté son lot de dégâts collatéraux dont on prend conscience avec peine. A la peine de la douleur créée s’ajoute celle de n’avoir pas su créer la paix tant désirée. Cela fait remonter à la conscience une amertume et le sentiment que notre croyance était fausse. On comprend la vanité que l’on avait de croire que l’on pouvait tout résoudre sans rien changer et sans accepter que les autres changent.

On s’interroge alors sur les vraies valeurs que l’on cherchait à protéger en évitant les changements et les transformations. On se rend compte que notre peur des perturbations et des transformations cachaient en fait un profond désir de paix mais n’était pas la paix. On comprend alors que la paix réside dans l’absence de résistance, qu’elle accepte l’impermanence de la vie, le changement, les mutations, les transformations ; les nôtres et aussi celles de ceux qui nous entourent, et de notre environnement. On abandonne la résistance au changement pour ancrer en soi un désir de paix plus profond.

Le processus du Taureau vient d’opérer l’ENRACINEMENT DE NOS VALEURS.

Exercez votre discernement en toute chose. Ne prenez pas ce qui vous est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce qui résonne avec votre ressenti ou ce qui ne résonne pas.

Commentaire

Le Taureau — 15 commentaires

  1. j’aime beaucoup votre façon d’écrire et de percevoir, c’est très juste et ça m’aide davantage à accepter les miens, les aimer tels qu’ils sont et comme je suis, nos différences et potentiels, là où ça fait mal aussi! c’est très bien dit d’autant qu’humainement vécu, pour moi en tout cas, donc juste! merci!

  2. très juste encore, je fréquente quelques natifs (mon papa, un ex…) très bien vu! l’inertie, derrière une apparente ouverture et réelle affection de bonne volonté! éviter les drames…et boum, quand ils sont inévitables et justes : disputes familiales justifiées, discussions de couple…que ça remet leur quête absolue de paix, bien qu’ils sont en quête, plus idéalistes qu’on le pense! mais là, ils peuvent pas aller plus loin…ils s’énervent comme des enfants, comme si ils étaient responsables, à devoir justifier! et rien n’avance, le cap ne passe pas! ça bute, gémeaux, j’ai souffert de cette inertie affective, émotionnelle et humaine…

  3. Bonjour Tristan,
    Et merci pour cette éclairage sur le taureau, cela me donne beaucoup à comprendre, ce qui m’avait echappé jusqu’a maintenant et je m’y retrouve fortement avec un stellium et le noeud nord en maison 2, en balance (j’avais surtout considèré ce signe). C’est en cherchant le sens de la maison 9 en taureau que je suis tombée :-) sur cet article. En ce moment j’ai également la nouvelle lune progressée en maison 2 progressée, une nouvelle tranche de vie et je me pose beaucoup de questions, besoin de changements sans faire de dommages collatéraux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>