Le Scorpion

La signification traditionnelle

Le Scorpion est un signe de d'eau. Les signes d'eau oriente l'énergie dans la RELATION qui développe le ressenti et les LIENS énergétiques entre personnes.
Le Scorpion est le deuxième des trois signes d'eau. Les deuxième signes d'un élément (feu, terre, air, eau) sont des signes qui marquent l'UTILISATION INTENSIVE de l'élément.
Le signe du Scorpion est considéré comme un signe "Féminin". Cette notion de féminin est à comprendre au sens du Yin des philosophies orientales. Cela signifie que le Scorpion est une énergie de RECEPTION, plus qu'elle ne projette.

Ces trois composantes, UTILISATION INTENSIVE / RELATION-LIENS / RECEPTION donnent aux natifs du Scorpion une énergie qui les rend hypersensibles aux ressentis émotionnels. Ils sont ultra-réceptifs aux émotions et en même temps savent les utiliser. On les considère souvent de ce fait comme de grands manipulateurs, ou des personnes capables de fantasmer fortement jusqu'à développer une forme de paranoïa. La sexualité est également très souvent associée aux signe du Scorpion dont ont dit qu'il est très magnétique.

Traditionnellement, le signe du Scorpion est associé à Mars et Pluton qui sont considérés comme les astres ayant le plus d'affinités avec le signe. Ceci indique que l'étude de la position de Mars et de Pluton dans le thème peut compléter la compréhension de l'énergie du Scorpion.

1- La croyance du Scorpion

Là où on a du Scorpion on a l'intuition que l'on va perdre ce qui s’y trouve ou l’énergie qui y passe. On sait intuitivement que dans ce secteur de notre vie, on est venu vivre une perte. Les natifs du Scorpion (Soleil en Scorpion) ont donc la croyance qu'on peut leur voler leur énergie, leur amour, leur création ou leur essence (c’est l’énergie du Soleil, l’amour, l’essence de l’être sa force vitale et créatrice).

2- Comment il agit à cause de sa croyance

A cause de cette croyance là où on a le Scorpion, on met en place des stratégies secrètes pour conserver ce qu'on y possède le plus longtemps possible. C’est le côté mystérieux du Scorpion qui cache et planque ce qu’il ressent par peur d’en être dépossédé s’il se livre. Et c’est aussi le côté sombre du Scorpion qui, par son manque de confiance, combine, échafaude et manipule dans sa tête des plans peu reluisants.

3- Ce qu’il reçoit du fait de sa croyance

Là où on a le Scorpion, notre manque de confiance dans la vie et notre excessive énergie de conservation entraîne l'effet inverse. Là où on a le Scorpion, on attire à nous des pertes et des dépossessions répétées. On doit souvent repartir de zéro après avoir tout perdu.

4- Comment il y résiste tant bien que mal

Pour limiter l'effet de la souffrance des pertes que intuitivement on sent inéluctable, là où on a le Scorpion, on anticipe la dépossession en s’auto détruisant ce qui représente pour nous, un ultime et illusoire sentiment de contrôle de l'existence.

5- Comment la vie aide à évoluer

Là où on a le Scorpion, les expériences répétées de pertes et de destructions finissent par user, fatiguer notre capacité de résistance et nous inclinent à remettre en cause l’intérêt pour l'attachement et le besoin de posséder.

6- Ce que le processus du Scorpion crée

Le processus du Scorpion est alors en train de trouver sa maturité. Il permet à l’être d'accepter la vulnérabilité et le manque d'intérêt des possessions et des attachements. L’être peut commencer à vivre libre en acceptant que les choses auxquelles il tenait tant ne lui appartenaient pas et ne lui ont jamais appartenues, mais lui ont toutes été données pour expérimenter la vie, pas pour s’en rendre propriétaire.

Là où on a le Scorpion, le lâcher prise sur la peur de perdre libère l’énergie de création. On peut alors jouir vraiment de son pouvoir, là où on a le Scorpion, en comprenant que l'on est le seul créateur de nos richesses, expériences, amours, envies, rêves. On comprend que nos inquiétudes d'être dépossédé sont des héritages du passé que l'on n'a plus besoin de conserver. On comprendra aussi qu'on n'a nulle crainte à perdre ce que l'on possède, car en réalité, on n'était plus attaché à cela. Ce n'était qu'une peur de perdre qui nous liait. On comprend qu'on à tout à gagner à lâcher prise, car, là où on a le Scorpion, notre passion est telle qu'elle nous donne le pouvoir infini de le recréer autant qu'on le souhaite.

La vie peut à nouveau couler librement.

Le processus du Scorpion est accompli, il vient d’opérer le processus du DÉTACHEMENT.

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

Le Scorpion — 39 commentaires

  1. Bonjour Tristan,
    A ce portrait si juste, comme d’habitude, du Scorpion, je me permets d’ajouter une petite chose qui ne contredit en rien ce que vous dites.
    J’ai remarqué chez beaucoup de personnes marquées d’une façon ou d’une autre par le Scorpion une véritable « Addiction à l’Intensité ». Il y a une recherche de Soi par le canal des émotions, c’est comme ça que le Scorpion (ainsi que, dans une autre mesure, les deux autres signes d’Eau, le Cancer et les Poissons)se trouve, se connaît, se vit. Et je rejoins là vos propos sur la peur de la perte, d’être dépossédé : s’il y a une chose que le Scorpion a particulièrement peur de perdre, c’est le contact avec ses émotions et plus encore avec leur intensité. D’où une sorte de recherche, consciente ou inconsciente, des situations complexes, voire compliquées, qui vont générer cette intensité.
    D’où aussi le lien que l’on fait souvent entre le Scorpion et la sexualité, entre le Scorpion et la mort, etc…
    Tout comme son signe frère (ou sœur !!), la Vierge, a l’angoisse de l’illimité, le Scorpion a l’angoisse de l’insondable. Il va toujours plus en profondeur pour s’assurer qu’il y a encore « quelque chose ». La peur du vide intérieur.
    D’où ce côté étrange, fascinant et inquiétant qu’il dégage parfois auprès des non-Scorpion ! Il ose aller dans des territoires intérieurs étranges dont il remonte parfois avec des pépites, pour le meilleur ou pour le pire. Un canal d’Ex-Pression est plus que souhaitable (écriture, peinture, sculpture ou autres) afin qu’il en reste au meilleur, sublime cette addiction émotionnelle et en fasse une création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*