Le Bélier

La signification traditionnelle

Bélier Le Bélier est un signe de feu. Les signes de feu portent l'énergie de l'ACTION.
Le Bélier est le premier des trois signes de feu. Les premiers signes d'un élément (feu, terre, air, eau) sont des signes qui marquent l'INITIATION de l'énergie de l'élément.
Le signe du Bélier est considéré comme un signe "Masculin". Cette notion de masculin est à comprendre au sens du Yang des philosophies orientales. Cela signifie que le Bélier est une énergie qui se PROJETTE, plus qu'elle ne reçoit.

Ces trois composantes, INITIATION / ACTION / PROJECTION donnent aux natifs du Bélier une énergie qui les pousse à vouloir passer à l'action, à vouloir entreprendre, d'une manière forte et souvent impulsive. Ils peuvent devenir combatif voir agressif si leur thème n'est pas modéré par ailleurs. Mais leur essence et avant tout marquer par un besoin d'intier des actions par une projection d'eux-mêmes vers l'avant.

Traditionnellement, le signe du Bélier est associé à Mars qui est considéré comme l'astre ayant le plus d'affinité avec le signe. Cette indication signifie que pour bien comprendre un Bélier, il sera aussi important d'étudier finement la position de Mars dans son thème.

Le processus du Bélier

1 - La croyance du Bélier.

Là où se trouve le signe du Bélier dans notre thème, nous avons la croyance qu’il faut agir seul, qu’il faut entreprendre faire des tas de trucs pour exister et garder la maitrise de cet espace de notre vie. On a la croyance que nous devons faire quelque chose par nous-mêmes et que nous sommes les seuls à pouvoir faire cette chose pour nous en sortir, que si nous ne prenons pas les rennes pour avancer, on va s’embourber, que si on ne se met pas ardemment à la tâche, le monde va se dérober sous nos pieds. Dans ce secteur de notre vie on est particulièrement actif et ardant.

2 - Comment on agit du fait de sa croyance

Du fait de cette croyance on s’agite plus que l’on agit réellement, on se débat comme un beau diable pour s’affirmer dans ce secteur de notre vie où l’on croit dur comme fer que s’il on ne prend pas les rennes tout seul, rien ne se passera et on restera sur le bas côté de l’existence à un moment ou à un autre. Là où se trouve le signe du Bélier, c’est la tête qui commande et on élabore des milliers de stratagèmes par jour pour faire face à l’adversité, parce ce que l’on est persuadé que s’il on n’est pas dans l’action et le faire, tout va nous échapper. On est plein de désirs et on met en place une frénésie d’actions pour les accomplir.

3 - Ce que l’on reçoit du fait de sa croyance.

L’agitation, au lieu de construire quelque chose de solide, stable et pérenne sur lequel s’appuyer et se reposer, fait plutôt de ce secteur de notre vie une sorte de mayonnaise épaisse. On a l’impression d’aller dans le bon sens parce qu’on commence à créer de l’épaisseur là où on croyait qu’il n’y avait rien sous nos pieds. C’est un enthousiasme débordant ce début de substance, alors on s’agite de plus belle. Mais cette épaisseur demeure une mélasse un peu mole qui ne prend pas comment le ferait un bon ciment. Et il faut constamment mettre de l’effort pour que les choses se passent. Il manque un ingrédient, mais on ne voit pas lequel. Malgré tous nos efforts, toutes nos pensées, tous nos calculs, tous nos essais mille fois répétés, le ciment ne prend pas.

4 - Comment on résiste tant bien que mal

Alors, on s’agite encore et encore, on devient un forcené de notre désir d’obtenir la où ce trouve le Bélier, quelque chose de tangible de solide et de fort. On redouble d’activité et d’énergie, et on est sur le front 24h / 24h, 7 jours sur 7 pour tenter de faire prendre cette mayonnaise a qui s’épaissit sans durcir. Si elle n’a pas durci, c’est qu’on n’en a pas encore fait assez. Il faut battre le fer encore et encore, seul dans son coin jusqu’à l’épuisement. Et toujours seul.

5 - Comment la vie l’aide à évoluer

Là où se trouve le Bélier, notre obstination têtue à vouloir faire la preuve de notre capacité crée une réponse de la vie qui met dans ce secteur de notre vie des actions encore plus nombreuses pour atteindre nos buts, comme si chaque tâche réalisée en soulevait 100 autres à accomplir. Notre croyance qu’il faut faire des choses crée de plus en plus de choses à faire. On finit par vivre dans une suractivité épuisante. A un moment, la quantité de choses à faire n’est tout simplement plus possible à assumer seul. Elle dépasse les capacités physiques et morales. Mais, le nez dans le guidon et sans aucun recul, on continue de courir après ce but imaginaire seul croyant devoir encore fournir des efforts colossaux pour s’en sortir.

6 - Ce que le processus crée

Tôt ou tard on est dépassé par la somme des tâches que l’on a attiré à soi. Epuisement, déprime, découragement profond, dépression, ou incapacité physique et mentale d’aller plus avant dans cette course, quelque chose vient dire stop! On est obligé d’abandonner cette course effrénée pour se ressourcer et reprendre son souffle. C’est vital maintenant.

On a alors l’occasion de reprendre nos esprits pour considérer dans ce secteur de notre vie, à quoi nous ont menées ces années passées à s’agiter. On se rend compte que toute action entraine une réaction, que ces dernières nous ont épuisé et que la réponse à une réaction par une nouvelle action plus forte encore, est un engrenage dont on ne peut pas sortir vainqueur.

La véritable action ne réside pas une dans une agitation ou un faire, mais dans l’affirmation de ce que nous sommes. On a passé des années à penser que pour exister « il faut que je fasse ceci », « il faut que je fasse cela », « je dois accomplir encore ceci ». Alors que l’action véritable qui bouscule la vie comme un jeu de dominos géant en attirant à nous tout ce dont nous avons besoin pour exister, sans lutte ni effort, est seulement l’affirmation de ce que nous sommes.

Là où se trouve le signe du Bélier, le processus vient de créer le sentiment de l'EXISTENCE, le JE SUIS.

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

Le Bélier — 20 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article qui vient de me faire mieux comprendre le sens de mon Milieu du Ciel en Belier… et qui à mon avis prédispose au burnout. J’ai expérimenté douloureusement la croyance du Bélier, je me suis imposée moi-même de plus en plus et travail et d’objectifs professionnels, et forcément au bout de quelques années je me suis totalement épuisée physiquement et nerveusement. Mais le burnout m’a obligé/permis de me remettre en question ma relation au travail et à comprendre et intégrer d’une part que je n’étais pas uniquement ce que je faisais à mon travail, et d’autre part que tout ne reposait pas sur moi et que le travail en groupe m’épanouissait beaucoup plus et pour un résultat bien meilleur.
    Merci encore pour la qualité de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*