La Balance

Voici le processus de la Balance. Je boucle ses douze mois passés a explorer ces processus. Les uns après les autres. J’espère que cette ballade vous aura apporté, comme elle m’a beaucoup apporté à moi. Bonne lecture !

1 – La croyance de la Balance

Le signe de la BalanceLà où on a la Balance, on a la croyance que tout doit être toujours parfaitement à l’équilibre, qu’il faut éviter les déséquilibres. Là où on a la Balance, on a la croyance que le déséquilibre est mauvais et que l’équilibre est bon. On est persuadé que l’on peut fixer les choses dans un état qui préserve l’équilibre de toute chose en tout instant. On prévient ou on repousse les éventuels désirs qui pourraient faire pencher la balance.

2 – Comment on agit du fait de cette croyance.

Là où on a la Balance, du fait de cette croyance on évite de s’affirmer trop fort. On croit que si on laisse s’exprimer son désir profond en lui lâchant la bride, il va tout déséquilibrer. On est mesuré, on se contrôle et on contrôle, on évite de choisir de peur que notre choix ne pèse trop fort et déséquilibre tout. De ce fait on ne décide pas et on est souvent bloqué dans l’action.

Là où on a la Balance, la croyance que tout doit rester à l’équilibre immobilise notre désir. On s’exprime peu sur nos désirs et on les met peu en mouvement, de peur que ce mouvement n’entraîne un déséquilibre destructeur. Là où on a la Balance, on est hypersensible au pouvoir destructeur d’une action qui n’aurait pas intégré tous les paramètres de son impact sur son environnement. On est hypersensible à l’impact que l’on pourrait avoir sur les autres.

3 – Ce que l’on reçoit du fait de cette croyance.

Là où on a la Balance, notre hypersensibilité à l’impact de l’action paralyse notre désir. Les autres autour de nous, eux, sont bien vivaces, et ne se privent pas d’avoir des désirs et de bousculer notre environnement qui se trouve alors sans cesse menacé de déséquilibre.

Comme un fait exprès, là où on a la Balance, l’équilibre ne semble jamais atteint. L’imprévu est toujours là. Ici une demande, là un chamboulement, là une surprise, on attire tout les déséquilibres, toutes les pulsions de vie qui viennent se nourrir de notre énergie de rétablissement pour vivre leurs désirs d’être.

Alors, là où on a la Balance, on oublie son propre désir et on se met à servir et combler celui de l’autre avant qu’il ne vienne perturber l’environnement. On rétablit l’équilibre avant de mettre en avant son désir d’être, pensant que quand tout sera en ordre, chacun comblé, on aura l’espace de pouvoir exprimer notre désir.

4 – Comment on résiste tant bien que mal

En agissant ainsi, à combler les autres, on ne crée jamais son propre espace. Un désir ou un déséquilibre comblé en appelant un autre, on se retrouve, avec de plus en plus de choses à porter et à rééquilibrer pour les autres. On redouble de volonté pour contrôler notre environnement qui devient de moins en moins contrôlable. Mais comme on s’est coupé de son désir, on s’est également coupé de ses sensations et on se réfugie alors dans des croyances culturelles pour agir et maintenir l’équilibre. « Les choses devraient être comme ceci », « on n’agit pas comme cela », « on ne devrait pas faire ceci », deviennent des phrases dans lesquelles on se réfugie pour tenter de canaliser, contrôler et modérer les désirs des autres. Là où on a la Balance, ayant perdu le lien avec son propre désir, on se conforme aux comportements les plus conventionnels, les plus standards. Ce faisant, on se coupe de l’expérience de la Vie.

5 – Comment la vie l’aide à évoluer

Les conventions et les « on doit faire comme ceci » n’agissant pas sur la puissance du désir des autres, on se durcit et on cherche à faire passer en force le respect de l’équilibre. Mais, là où on a la Balance, notre sensibilité de base est une sensibilité à l’équilibre et aux besoins des autres, alors, notre tour de passe passe autoritaire n’a aucun effet durable et les autres affluent encore avec leurs envies et leurs désirs débordants.

On se retrouve comme dans un jeu de vachettes landaises, à devoir traverser un terrain plein de bêtes surexcitées, en portant à bout de bras des plateaux de plus en plus lourds desquels rien ne devrait tomber.

Au bout d’un moment c’est notre propre équilibre qui est menacé. Et, à moins d’être superman ou wonder woman, on tombe, on chute, on s’écroule, et tous les verres du plateau se retrouvent au sol en mille morceaux. Cette chute nous fait prendre conscience qu’on ne peut plus et ne veut plus porter le désir des autres et qu’on a besoin d’équilibre pour soi.

6 – Ce que le processus crée

Là où on a la Balance, on apprend que l’on ne peut ni rééquilibrer, ni stopper, ni contrôler durablement le désir des autres. Dès que nous sommes de nouveau sur pieds, les autres reprennent leur mouvement de vie et se remettent, là où on a la Balance, à exprimer leurs désirs, à s’appuyer sur nous, à menacer de tout déséquilibrer.

Alors après avoir chuté, une fois, deux fois, trois fois… dans cette entreprise illusoire de tout maintenir dans un équilibre fixe, tout garder sous son contrôle en satisfaisant les autres, là où on a la Balance, on apprend que tout est déséquilibre et que l’harmonie universelle du monde n’est pas un état d’équilibre statique mais un état de déséquilibre et de mouvement constant. La constance, c’est le mouvement. L’équilibre réel n’est pas immobilité, mais attention extrême et constante à tous les mouvements de la vie.

Comme cet oiseau perché sur un fil et qui semble parfaitement en équilibre, on apprend qu’en fait c’est grâce à une attention très fine que l’on corrige à chaque instant les déséquilibres en adaptant notre action aux paramètres de la vie qui nous entourent. C’est l’attention au vent, à la vibration du fil et la réaction appropriée du corps qui maintient l’oiseau en équilibre sur son fil, pas les crispations, pas les conventions, pas le désir de contrôler le vent ou le fil.

Là où on a la Balance, on apprend à accepter le mouvement des autres, leurs désirs, leurs envies, leur vitalité, et à s’harmoniser avec ce mouvement en agissant selon et à partir de son désir propre. L’important n’est pas que tout devienne statique, mais que nous apprenions à nous harmoniser avec chaque mouvement de la vie par une action juste qui aura intégré le mouvement de l’autre et son désir au lieu de le refuser. Lorsque ce bout de chemin est parcouru, on pourra alors considérer son propre désir comme légitime et non plus perturbateur, et harmoniser son désir avec celui des autres.

Le processus de la Balance vient de créer l’HARMONIE.

Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

Commentaire

La Balance — 28 commentaires

  1. Bonjour Tristan
    Je suis Taureau asc. balance autant dire qu’entre l’inertie du taureau et le désir d’harmonisation de la balance je suis un peu perdue maintenant que j’ai pris conscience de l’influence de ces signes.
    Comment je fais pour savoir ce que je désir véritablement ?
    Car j’ai bien l’imprequin d’etouffer depuis 2 ans déjà.
    Merci

  2. Merci. J’ai le noeud nord en Balance en maison VII intercepté et pour la première fois je comprends que mon désir peut s’harmoniser avec l’autre sans que je sois terrorisé par cela… Très heureuse. Merci.

  3. Wahou, votre article sur le signe de la Balance me scotche.
    J’ai appliqué ce que vous aviez conseillé dans un post à une personne, remplacer « Dans le signe de la balance » par « dans ma personnalité »…
    Je suis impressionnée. C’est la première fois que je lis un article aussi profond sur l’analyse d’un signe (et j’en ai lu).
    Je suis balance ascendant vierge. Venus en vierge en XII carré à mars/uranus en III en scorpion et je comprends mieux mon carré !
    « un état de déséquilibre et de mouvement constant. La constance, c’est le mouvement. » j’ai choisi la danse… elle m’apprends le déséquilibre et le signe du scorpion me tire toujours a exprimer les choses crues que j’ai à l’intérieur de moi !
    C’est une révolution intérieure que je vis là !
    Merci pour ce magnifique article

    Est-ce que je vois juste ? …

    • Je serai curieuse de savoir comment vous vivez ces énergies:) dans mon cas rencontrer un scorpion c’est me confronter à tout ce que je n’ai pas et à tout ce que je ne suis pas…

  4. Je suis balance ascendant balance et me reconnaît autant dans cette description que dans celle de l’élément air. Aussi, l’air est également mon élément ayurvedique. Il est assez intéressant de faire des liens entre l’expérience de vie et la traduction corporelle de ces énergies. J’ai commencé le yoga il y a 5 mois et inconsciemment mes objectifs, mes difficultés et atouts sont corporellement ceux de la balance élément air. Par contre, m’intéressant depuis peu à l’astrologie, j’ai compris à quel point les scorpions ont bouleversé ma vie, de manière négative. J’ai développé de la dépendance affective très forte envers eux, aspirée et aveuglée par leur énergie et bien sûr voulant contrôler leur désir en projetant le mien sur eux. Affectivement je suis presque systématiquement attirée par les scorpions et je commence tout doucement à les reconnaître au premier abord. Je ne sais pas si je dois les éviter ou m’adapter à cette énergie pour pouvoir les côtoyer de manière apaisée car la passion qu’il font émergé est encore presque la seule à m’animer d’un désir de projet de couple.

    • Tout est dit dans votre commentaire. Dans l’enchainement des énergies du zodiaque, le défaut de la Balance est de réduire les relations à des échanges conventionnels pour assurer l’harmonie et l’équilibre. Si on va trop loin dans cette énergie, le lien devient fade. Le Scorpion arrive alors avec toute sa puissance magnétique pour soulever les tapis, remuer la poussière et faire sortir les monstres du placard. C’est salutaire, cela permet de sortir de l’endormissement des conventions. Les énergies s’enchainent pour nous aider à évoluer. Soyez qui vous êtes et n’ayez pas peur de vous laisser dépoussiérer 🙂

  5. lA BALANCE est dans ma maison 3, avec Neptune . Maison 3 entourage immédiat, frères et soeurs, voisins, déplacements etc… Neptune le collectif, la dissolution etc. J’ai toujours eu l’impression de jouer l’équilibriste, de réconcilier l’inconciliable, avec le temps c’est devenu insupportable, les grandes gueules je ne supporte plus ni de moi, ni des autres, bref je ne supporte plus frère et soeurs et leurs revendications, leurs demandes incessantes, bref j’étais envahie et vidée par la même occasion. J’ai fini par me rendre compte que je n’étais pas indispensable, et que chacun devait disposer de lui même…. Se réconcilier avec soi même c’est important… L’harmonie!

  6. Bonjour à tous,

    étant Balance, le sujet m’intéresse.
    Ce qui me gène dans la description c’est de devoir être dans l’union, l’acceptation des désirs des autres, et faire corps pour être en harmonie avec eux.
    Sauf que l’on oubli l’endoctrinement, les diktats et les conventions de la société et nos divers apprentissages, qui ont conduit l’humanité à avoir des croyances, certitudes et convictions bien établis avec ce que l’on croit être la réalité. ( issu du raisonnement mental )

    Tous ces schémas sont bloqués dans notre inconscient et nous pousse à agir de façon spontanée et automatique. Nous sommes victimes de nous mêmes: égocentrisme, jaloux, envieux et juge.

    Lorsque l’on cherche l’égocide, on n’en prends conscience. Notre conviction intuitive nous fait remarquer à quel point nous sommes prisonniers du mental et du raisonnement.

    Donc face à des gens qui ne veulent qu’une chose:
    que je cède à leurs attentes sans se préoccuper de savoir si c’est bon pour moi ainsi que les répercutions de leurs actes et de leurs propos.

    Comment pourrais je être en confiance, en harmonie et équilibre ?

    Vous connaissez beaucoup de gens qui sont altruiste ?

    Qui donne dans cette société de consommation ou tout est fait pour que l’on soit constamment insatisfait. Apres iPhone 6 le 6S bien sûr…mais bientôt le 7, quelle joie.

    L’homme à toujours été un conquérant, notre histoire en n’est la preuve.

    Tant qu’une volonté politique mondiale ne cherchera pas d’autre but que celui du profit,
    rien ne changera.

    Nous nous intéressons plus à AVOIR qu’à ETRE.

    • Bonjour Didier,
      Ce que vous dites est juste à mon sens et exprime bien le dilemme de la Balance. Comment être dans cette harmonie dans ce monde où les conventions crée un faux semblant d’harmonie. Il y a des personnes qui pensent, agissenet et vivent autrement. Il ne s’agit pas de les trouver mais d’en devenir une. A cet instant, vous en verrez plein autour de vous, vous serez attiré vers elles comme une abeille sur du miel.

      • Bonjour Tristan,

        merci pour votre réponse. Est il possible d’avoir une adresse mail plus direct, il me semble que poser qqc questions perso sur le forum n’a pas lieu d’être.

        sinon où puisse je vous poser des questions diverses et variées ?

        Dans l’attente de pouvoir vous lire,
        Bien à vous,
        Didier

  7. PS J’avais oublié de dire que je trouve surtout ce texte très beau en soi, quant à l’idée d’équilibre du monde, d’interactions, de respects, du nos rôles et responsabilités, à chacun.

  8. Bonjour,
    je n’avais jamais lu un « portrait » pareil de la Balance, et je trouve cette vision / analyse originale très juste, et surtout éclairante sur mon expérience de vie. Je suis Vierge -21/09- ascendant Balance mais en réalité je me suis souvent moins reconnue dans les caractéristiques de la Vierge que de la Balance, et ce texte confirme bien. Je suis surtout très heureuse de m’apercevoir qu’après l’enthousiasme, une certaine légèreté, la foi et l’action (…parfois énergique) alliée toutefois toujours à l’idée vague d’être là en plus, voire en trop, différente, d’être là pas pour moi, mais pour réguler, et tout ça sans gêner… puis la « crise » (chute, re-chute… Désemparements absolus, dé-concertée et fatiguée… effectivement !)… la sensation nouvelle, à la fois de ma légitimité (enfin !) et de l’acceptation (par plus de compréhension je crois) des émotions des autres, des états d’être différents, de la mobilité et de la fluidité, que peut-être je tend maintenant à exprimer mieux cette belle énergie d’harmonie de ce signe.
    Sinon, en lisant ce texte, j’ai eu l’image d’un personnage sur un aviron skiff, bateau très étroit dans lequel une seule personne peut s’asseoir et actionner les avirons, un poignet plus haut que l’autre et le bateau risque de chavirer… le vent, les mouvements de l’eau créés par d’autres bateaux croisés… tout bouge à tout moment, et ça bien cela qui fait l’intérêt, et le rameur s’adapte, et rattrape, équilibre, en baissant ou levant un poignet, en se penchant légèrement à droite ou à gauche, et avance léger comme un gerris sur l’eau.

  9. Je reconnais parfaitement mon ascendant balance dans ce portrait. Plus le temps passe, plus il m’handicape et la métaphore de la vachette et des verres écroulés est parfaite c’est exactement ça.

    Depuis l’enfance je suis bloquée dans l’affirmation de mes désirs propres notamment par ma mère qui est serviable dans l’excès au point de se rabaisser pour les autres (mais n’hésite pas à faire passer sa frustration sur certains membres de la famille dont moi).

    On ne m’a jamais appris à affirmer mes désirs, je suis toujours dans la conciliation, dans surtout ne pas faire de vagues et ça me fait déprimer. j’ai toujours admiré les personnes à forte personnalité, grande gueule, qui n’ont pas peur de s’imposer. J’aimerai tellement pouvoir moi aussi pousser une gueulante et ne pas 1voir peur de la confrontation et du conflit.

    A propos comment s’exprime le signe de balance dans la maison 12 ? (pas de bol, il y a deux cuspides dans ce signe chez moi)

      • Effectivement :/ je suis gâtée !

        Vu que la maison 12 c’est aussi la maison des secrets, ça rejoint l’idée que l’on peut passer son temps à dissimuler de nombreuses parties de soi en fonction des relations et des circonstances non ? J’ai l’impression d’avoir des centres d’intérêts, des pensées et des fréquentations contradictoires et je dois jongler avec tout ça sans que je ne puisse trouver l’équilibre.

  10. Dans mon thème, Vénus en balance et maison VII en verseau, l’harmonie dans le couple est pour moi essentielle et j’essaie dans la mesure du possible de combler les désirs et attentes de mon conjoint (lui même natif de la balance mais vénus en scorpion), parfois j’avoue que cela me pèse car en même temps j’ai un fort besoin de moments de solitude et d’indépendance alors que mon partenaire en bonne balance a souvent besoin d’être à deux…pas facile de tout concilier, mais c’est vrai que j’ai la joie du travail accompli lorsque j’arrive même pour un moment à rendre l’autre satisfait.

    • La recherche de l’harmonie dans le couple est importante pour vous.n’es faites pas un devoir de combler l’autre, mais plutôt, d’être appliquée dans l’harmonisation avec le partenaire.

      • Oui c’est tout à fait cela, de toutes les façons lorsque je le ressens comme un devoir, je deviens aigrie et cela se ressent donc malgré l’effort que je pense faire je n’obtiens aucun résultat justement dans l’harmonisation, parfois il vaut mieux assumer son besoin personnel du moment et dire non aux sollicitations mais là aussi il y a la peur de décevoir, d’être moins aimée…et pourtant faire confiance à l’autre c’est aussi lui accorder la sensibilité de percevoir et d’accepter notre besoin profond du moment, même si c’est un besoin de retrait, de solitude…je sais tout cela mais la pratique c’est autre chose!

  11. Connaissez-vous le livre « Tristesse de la balance et autres signes » de Jacques André Bertrand ? La lecture de ce livre, il y a pourtant longtemps, m’a laissée un souvenir très vif, et je voulais le partager avec les lecteurs de Tristan. Douze portraits concis des 12 signes du Zodiaque.
    Je suis du signe de la Balance, ascendant vierge,(comme Grégoire, moi à force d’humilité en société, on me prend parfois pour une bêcheuse…) et cette analyse originale de Tristan est très parlante pour moi. Merci Tristan !

  12. bonjour …je viens de lire cet article très intéressant …. je suis balance ascendant vierge …. mon équilibre à moi c est de suivre le mouvement comme rien ne me dérange je préfère suivre ….mais hélas parfois je passe pour une personne qui n a pas de personnalités … j aime pas décevoir ….alors de temps en temps je m impose … je pousse ma gueulante c est bête et j en suis consciente … mes filles me reprochent de ne pas m imposer plus de donner mon point de vue plus souvent j essaie de changer …mais le naturel revient au gallot…et rebelote…il faut toujours ce battre pour exister au près des autres.. dans un groupe nous sommes vite repérée. j ai pourtant pas envie de ressembler aux gens qui s imposent trop en société et se prennent pour des indispensables

    • Bonsoir Grégoire,
      On exprime souvent le côté opposé à note signe par compensation. Je pense qu c’est ce que vous faites en poussant votre gueulante. C’est une façon de rééquilibrer.

  13. Je suis balance et c marrant je me sens toujours sur un fil en équilibre , je marche et fait en sorte de ne pas tomber !!! Je cherche l équilibre sans arrêt et l article m aide a me comprendre c génial !!

  14. Bonjour,

    Je suis Balance ascendant Balance et je vous confirme que l’équilibre pour moi est essentiel mais c’est aussi un déséquilibre permanent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*