La maison V

La maison V en astrologie traditionnelle est dite maison de l'amour, des enfants, des plaisirs, du jeu, des dons, des spéculations et on y ajoute aussi toute une notion de théâtralisation de la vie en l'appelant maison des ornements.

Nous revoilà devant un grand mystère. Qu'elle énergie rassemble tout cela? A quelle expérience fondammentale de l'existence, toutes ces notions se relient-elles? Qu'est-ce que l'on retire de cette expérience?

Cette maison est en fait la maison qui nous fait expérimenter la l'estime de soi à travers la reconnaissance de notre créativité. L'expérience créative développe en nous un amour propre qui nous rend capable d'aimer, de développer des relations affectives. Quelqu'un sans amour propre ne peut pas aimer quelqu'un d'autre, m^me pas lui-même. Il doit d'abord apprendre à s'aimer. La création, la créativité est l'experience de la vie la plus importante pour apprendre à s'aimer soi-même puis à aimer les autres. Lorsque cette maison est importante dans un thème, c'est que l'expérience de l'apprentissage de la reconnaissance de soi, de l'amour de soi à travers sa créativité, l'expression de ses potentiels qui est une expérience fondamentale dans cette vie là.

Imaginez un monde où nous ne pourrions pas créer. Rien. Aucune création ne serait possible. On pourrait dormir, manger, œuvrer... mais il n'y aurait aucune créativité ni création. Comment nous aimerions-nous dans un tel monde? Fort peu je crains. Quelle estime de nous-mêmes aurions-nous ? Très basse il me semble. Quelle joie de vivre exprimerions-nous? Elle serait quasi nulle, certainement.

Un monde sans créativité, sans création, est un monde de robots où les individus n'ont aucune estime d'eux-mêmes. Les grandes dictatures ont toujours eu conscience de cela. Pour maîtriser les individus, elles ont pourchassé, emprisonné et massacré les artistes, les intellectuels, les enseignants et tout ceux qui avaient une capacité créative ou d'éveil de la création forte. Le fantasme des dictatures était de créer un monde sans création, sans maison V, où tout le monde serait heureux en exécutant sa tâche comme une fourmi.

Lorsque l'on expérimente la création, la créativité, on développe ses dons naturels. Le besoin de créer pousse à expérimenter nos dons, les travailler, les affiner. Quand ils émergent et que l'on est soi-même surpris par ses propres créations on développe un amour propre, c'est dire un amour de soi. Créer quelque chose donne de la joie. La créativité et la création sont source de joie et de plaisir. Cette source joie et de plaisir est intarissable puisque qu'elle ne dépend de personne d'autre que de soi et de sa créativité. C'est en cela que la maison V est associée traditionnellement aux joies, plaisirs et autres spéculations jouissives qu'elles soient financières ou affectives. La spéculation est un acte créatif qui nous charge d'adrénaline et procure de grandes jouissances.

Quand la joie et le plaisir sont des choses que l'on apprend à se procurer par soi-même, on peut alors s'aimer soi-même. On crée alors un égo (une consceince de soi) positif qui s'estime, s'aime lui-même à travers sa capacité de faire jaillir une lumière joyeuse de ses créations. Un égo positif comme celui-là n'a besoin de personne. Il ne demande à personne de lui procurer la joie et le plaisir de vivre, il les crée. Dans cette auto satisfaction, l'être joue de lui-même et théâtralise sa propre existence. Chez un créatif comme Dali, cela devient un excès de théâtralisation de lui-même, mais nous avons tous en nous cela. Rappellez vous cette publicité d'une ménagère qui arrive fièrement avec son plat en criant : "C'est moi qui l'ai fait!" La conscience de notre créativité développe une estime de soi qui s'exprime dans une forme théâtrale. C'est en celà que la maison V était aussi appelée maison des ornements, ou des ambassades et ambassadeurs, car elle développe cette théâtralisation.

Un être qui a developpé sa creativite et a appris à s'aimer va maintenant développer une aptitude à aimer les autres. Il peut reconnaître le créateur en lui et en l'autre et s'investir dans une relation affective. C'est en cela que la maison V devient la maison de l'amour, elle nous montre quelle est notre estime de nous-même et comment nous pouvons nous investir affectivement. Une personne ayant une estime de soi bousculée s'investira affectivement avec ce même déséquilibre, alors qu'une personne ayant une estime de soi forte développera une assurance forte dans ses affections. Quand on ne se sent pas digne, quand nous n'avons pas la reconnaissance de nous-mêmes, nous n'acceptons pas de recevoir de l'amour. Il faut s'aimer pour être aimer.

En tant que maison des créations, la maison V est aussi la maison des enfants qui sont une des plus importantes et impliquantes créations que l'être humain puisse réaliser. Dans cette maison, ce n'est pas tous le rapport avec les enfants qu'il faut considérer, mais la manière dont nous les imaginons être nos créations. Avec le Scorpion dans cette maison par exemple, nous craindrons d'être déposséder de nos enfants et aurons des réflexes paranoïaques vis à vis de tout ce qui pourraient s'approprier cette création géniale pour laquelle nous avons un attachement parfois excessif.

Pour finir sur cette maison, voici ce qu'elle représente dans le cycle de vie de l'être humain en croissance. L'expérience de la maison V se développe après celle du foyer qui nous apporte notre sécurité intérieur.

Notre environnement sécurisé, nous pouvons développer notre créativité sans être sans cesse préoccupé par notre survie qui est maintenant assurée par ce que nous avons construit dans notre foyer. On s’ouvre alors à notre créativité intérieure et on utilise notre énergie à produire de la beauté, de la joie et des plaisirs et plus seulement à assurer sa survie dans le groupe. On développe ces talents dans des moments que l’on se consacre à soi-même, sans aucun but pour les autres, mais dans le plaisir de se développer soi-même et de jouir de la découverte de nos talents. Cette ouverture nouvelle à la vie nous fait découvrir, expérience après expérience ce que l’on aime, ce qui nous donne le sentiment d’être plus que ce que nous sommes, que ce soit la petite voisine d’en face, ou la création d’un collier de perles dont le résultat nous donne le sentiment d’être plus que nous-mêmes.

Articles connexes :
Pour comprendre la dynamique qui consiste à faire l'apprentissage de s'aimer soi-même lisez cet excellent article de Marie-Lore Staudt. Vous y découvrirez toute la dynamique de la maison V : comment trouver son équilibre et son bonheur

La maison V dans les signes du zodiaque

    Exercez votre discernement. Ne prenez pas ce qui est écrit comme parole d'évangile. Interrogez-vous intérieurement pour ressentir ce que vous lisez. Avant de commenter cette page, vous êtes invité(e) à prendre connaissance de la ligne éditoriale dans les mentions légales.

    Commentaire

    La maison V — 70 commentaires

    1. Saturne et Taureau en maison 5 dans un thème natal c’est raide!
      Juste le sentiment que je toucherai la Joie du doigt seulement la veille de ma mort!

        • Eh bien il se trouve que toute mon existence m’a obligée à me pencher sur la question du fonctionnement des systèmes de croyance (j’en ai même fait mon métier). Comme quoi, on peut trouver du sens là où on ne s’y attend pas. Bien vu l’ami.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *